L’astéroïde frappé par DART désormais doté d’une queue de 10.000 km

L'impact sur Dimorphos a créé une longue traînée de débris qui va permettre aux astronomes de capter de précieuses informations.

Traînée de Dimorphos
Photo de la queue formée par l’impact sur l’astéroïde Dimorphos ©Capture d’écran Twitter

Début de semaine dernière, l’engin spatial DART accomplissait sa dernière mission: percuter l’astéroïde Dimorphos à près de 23.700 km/h pour voir si cela modifiait son orbite. Il faut encore attendre avant des réponses claires à cette question. Cela dit, un autre résultat de l’impact est déjà bel et bien attesté. Une immense traînée de débris et de poussières est maintenant visible derrière Dimorphos, un peu comme s’il s’agissait d’une comète. Une constatation commentée par les astronomes qui en ont fait l’analyse.

Une traînée appelée à disparaître

La queue, prise en photo par le télescope SOAR au Chili, montre cette traînée lumineuse sur fond noir. Selon le centre NOIRLab lié à la NASA, elle ferait plus de 10.000 km de long. Au fil du temps, elle devrait gagner encore en longueur mais aussi devenir de plus en plus fine, jusqu’à n’être plus visible depuis la Terre. En scrutant ce panache de poussières, les scientifiques vont tenter de déterminer quelle quantité de débris Dimorphos a pu perdre à cause de l’impact, sans oublier leur nature. Pour rappel, Dimorphos fait 163 mètres de large et tourne autour d’un autre astéroïde plus imposant dénommé Didymos. qui fait pour sa part environ 780 mètres.

Cette collision, déjà représentée par d’autres images de l’événement, va permettre à terme de déterminer s’il est possible de faire percuter des engins spatiaux contre des astéroïdes qui menaceraient la Terre. Question de ne pas risquer un impact comme celui qui a participé à la disparition des dinosaures (d’autres facteurs ayant probablement joué à l’époque comme une intense activité volcanique). Une nouvelle étude publiée ce mardi 4 octobre dans AGU Advances montre d’ailleurs le type de tsunami provoqué par cet astéroïde qui a percuté notre planète il y a environ 66 millions d’années grâce à des simulations. Bilan: des vagues 30.000 fois plus puissantes que celles très meurtrières de 2004. Leur puissance a été telle qu’elles ont pu affecté tout le globe terrestre. Un argument supplémentaire pour vouloir empêcher une telle catastrophe de se produire.

Sur le même sujet
Plus d'actualité