Des larves de papillons de nuit pour se débarrasser du plastique?

Une enzyme présente dans leur salive est capable d'oxyder certains plastiques. Des pistes d'utilisation existent déjà.

Egypte : une pyramide construite avec des bouteilles en plastique compactées pour marquer la Journée mondiale du nettoyage
©Belga

Des enzymes présents dans la salive de larves peuvent dégrader rapidement l’une des matières plastiques les plus utilisées dans le monde, ouvrant une piste de lutte contre cette forme de pollution, selon une étude publiée mardi.

Sur les 400 millions de tonnes de matières plastiques produites chaque année selon les estimations de l’OCDE, un tiers environ sont des polyéthylènes. Issus de la pétrochimie, simples et peu chers à fabriquer ils sont notamment très utilisés pour les emballages. L’ONU, qui qualifie la pollution au plastique de fléau mondial, a récemment lancé des négociations pour l’élaboration d’un traité international destiné à réduire ce phénomène.

Le fait que certaines enzymes puissent attaquer les matières plastiques était déjà documenté, mais sur de longues durées. Or, selon les travaux d’une équipe de chercheurs espagnols, publiés dans Nature Communications, deux enzymes présents dans la salive des larves du papillon de nuit " Fausse teigne de la cire " (galleria mellonella) attaquent le polyéthylène en quelques heures seulement à température ambiante.

Déjà des pistes d’utilisation

Federica Bertocchini, du centre d’études biologiques Margarita Salas de Madrid, auteure principale de l’étude et apicultrice amateur, a expliqué avoir eu l’idée de cette recherche en nettoyant des ruches stockées pour l’hiver et dont les rayons de cire avait été colonisés par ces larves. Ayant nettoyé les ruches, elle a mis les larves dans un sac en plastique et constaté peu après que celui-ci était " plein de trous ".

"La question était, est-ce qu’elles (les larves) le mangent ou y a-t-il un processus chimique? Nous avons vérifié en laboratoire et découvert que le polyéthylène avait été oxydé", a-t-elle expliqué à l’AFP.

De nombreux travaux et expérimentations complémentaires seront nécessaires pour comprendre parfaitement le processus avant d’envisager une application concrète de la découverte, soulignent les chercheurs.

Mais Federica Bertocchini imagine déjà différentes pistes d’utilisation contre la pollution du plastique. "Les enzymes pourraient être intégrés à une solution liquide et versées sur du plastique en déchetterie", ou bien être utilisés dans des lieux isolés où la collecte ou le recyclage sont difficiles, voire à terme dan

Sur le même sujet
Plus d'actualité