Plan Climat 2030 en Wallonie: quelles mesures sont sur la table?

Le ministre wallon du Climat Phillipe Henry a présenté au gouvernement régional le Plan Climat 2030 et ses différentes mesures, qui devront être validées par les ministres.

PLan Climat 2030
Le ministre wallon de du Climat, de l’Energie et de la Mobilité Philippe Henry. (@Belga Image)

Les crises économiques et énergétiques n’ont pas fait disparaitre celle du Climat et la Région wallonne a décidé que cette dernière ne se ferait pas éclipser.

Ce vendredi, le ministre wallon de l’Énergie et du Climat, Phillipe Henry (Ecolo) a présenté au gouvernement régional le Plan Climat 2030 et ses différentes mesures, qui devront être validées par les ministres. Toutes ont le même goal : -55% d’émissions de gaz à effet de serre en Wallonie entre 1990 et 2030.

Voici les principales mesures.

Vitesse sur les autoroutes

On le sait : baisser la vitesse sur nos routes pourrait avoir des conséquences très positives sur la pollution. Le plan propose de baisser la vitesse à 100km/h sur les autoroutes, comme dans d’autres pays, et va même plus loin. Il suggère de baisser la vitesse à 30km/h en agglomération et à 70km/h sur les routes régionales. Seules certaines voiries très utilisées maintiendraient le traditionnel 50km/h et ce sera aux communes de décider lesquelles.

À noter que d’ici 2030, un quart des voitures devrait être électrique, tout comme un tiers des camionnettes. Il est prévu en conséquence d’implanter beaucoup plus de bornes de chargement.

Côté automobiles, une journée sans voiture mensuelle dans les grandes villes est proposée.

Aéroports et avions

Cela fait partie des propositions les plus radicales : stop à la croissance des aéroports wallons.

Cela voudrait dire que l’extension de l’aéroport de Liège serait annulée, tout comme l’augmentation du nombre de vols en partance de Liège et de Charleroi également. L’utilisation des jets privés serait également régulée.

Habitat et rénovations

Pour le secteur de l’habitat privé, de nouvelles interdictions sont sur la table : fin des chauffages au charbon en 2023, au mazout pour 2024 et terminé les feux ouverts la même année. Il pourrait aussi être interdit de remplacer sa chaudière pour une citerne de mazout dès 2025.

Et en 2030, toute nouvelle construction devra être "zéro émission". Les bâtiments publics aussi, mais dès 2027.

Pour les vieux logements, des obligations de rénovations sont prévues, en plusieurs phases. En 2027, tous les bâtiments devront avoir un certificat PEB. Les règles seront plus strictes pour ceux loués à autrui, mais ceux qui habitent dans leur propriété devront améliorer son label dans les 5 ans après l’achat. À noter que les habitations PEB G et F seraient interdites dès 2030 puis 2035, jusqu’à C minimum en 2033.

Des règles empêchant les propriétaires de répercuter les investissements d’économies d’énergie sur le loyer sont au programme.

Commerces et entreprises

Tous les bâtiments ouverts au public, commerces inclus, n’auront plus le droit de laisser leur porte ouverte s’ils chauffent ou climatisent l’intérieur. Des mesures de réduction sont également prévues, tout comme pour l’éclairage intérieur, extérieur, les panneaux lumineux, etc.

Énergies renouvelables

Ici, l’idée est de faire croitre sérieusement la production des différentes énergies vertes et solutions alternatives : l’éolien, le solaire, les pompes à chaleur, mais aussi le gaz renouvelable et le biocarburant.

Il sera plus simple de partager sa production privée entre habitants d’un même meuble ou de consommer l’énergie qu’on aura soi-même produit.

Sur le même sujet
Plus d'actualité