Fonte extrême des glaciers suisses durant l’été 2022

Une étude a notamment établi que la moitié du volume des glaciers a disparu entre 1931 et 2016, et ces six dernières années ont été encore plus délétères.

Glacier du Rhône
Le glacier du Rhône, à l’extrême nord-est du canton du Valais (Suisse), en partie couvert pour le protéger de la chaleur, le 1er septembre 2022 ©BelgaImage

La perte de glace sur les petits glaciers suisses a été extrême cet été. "Ce que nous voyons est pire que tout ce que nous pensions possible auparavant", a déclaré le glaciologue Matthias Huss à l’agence de presse allemande dpa.

Une fonte de plus en plus rapide

Sur le glacier de Corvatsch, dans le sud-est de la Suisse, des couches de glace ont fondu, dont certaines avaient quelque 7.000 ans. Avec la fonte des glaces, le paysage a également changé de façon spectaculaire, poursuit M. Huss. "La glace disparaît en de nombreux endroits. Sur le Corvatsch, une crête de glace vieille de plusieurs milliers d’années a presque entièrement disparu". Il y a également des rapports dramatiques en provenance d’Autriche. Au Tyrol, par exemple, un glacier qui fait l’objet d’une étroite observation scientifique depuis des décennies fond plus vite que jamais.

Les glaciers suisses ont perdu près de la moitié de leur volume entre 1931 et 2016, selon une étude publiée la semaine dernière par l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et l’Institut fédéral suisse de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL). Exemple marquant: le glacier Fiescher. En 1928, il s’agissait d’une véritable mer de glace. Aujourd’hui, il n’en reste presque rien. Plus inquiétant encore: le rythme de fonte est toujours plus rapide. Entre 2016 et 2022, la Suisse a vu le volume de ses glaciers encore chuter d’au moins 12%.

Sur le même sujet
Plus d'actualité