La vague de chaleur, cette nouvelle lubie des complotistes

Il a fait chaud, très chaud même. Et alors que la quasi-majorité des scientifiques met en garde et appel à l’action, pour certain, cette « vague de chaleur » fait partie d’un grand complot.

Gironde
© Belga Image

Après la pandémie de COVID-19 qui n’était qu’une grande manipulation, c’est à la vague de chaleur que les complotistes ont décidé de se consacrer. Et alors que l’Hexagone – et toute l’Europe – suffoque sous des chaleurs anormales, pour eux, c’est tout à fait normal d’avoir chaud en été.

" Faut reconnaître quand même qu’il va faire chaud pendant trois jours… Bizarre ! ". Sur le plateau de l’émission " les Grandes Gueules ", sur RMC, Willy Schraen, visage rougeaud fustige : "  On nous explique du matin jusqu’au soir depuis deux jours : " Attention l’écologie machin… " Donc, dites le carrément au niveau de la météo " votez la Nupes ", on va gagner du temps, on est quand même pas débiles  "

Et si les propos font sourire, en imaginant Mélenchon et compagnie truquer la météo et faire exploser les degrés Celsius, il s’avère qu’un mois après, la France enregistre des températures jusqu’ici, inégaliée. Ce qui n’est pas pour réjouir les sphères complotistes qui voient dans cette " vague de chaleur " un instrument des élites contribuant au contrôle massif des populations, une énième diversion pour éviter de parler de sujets plus importants ou bien un fantasme de scientifiques voulant imposer la " doxa " du changement climatique.

Manipulation, mensonges et contrôle de la météo

Et dans la complosphère, les rumeurs vont bon train.

D’un côté, les climatosceptiques, comme Silvano Trotta ironise la situation."  En France les médias aux ordres ne parlent plus que d’une chose ultra mystérieuse : il peut faire chaud en été…, ironise par exemple Silvano Trotta sur son compte Telegram. Et bien sûr c’est à cause de l’horrible réchauffement climatique ! Bah voyons !!! ". Celui qui est devenu en 2020 " l’une des stars montantes des discours covido-sceptiques ", qualificatif donné par le Monde, invite sa communauté de 160 000 followers à se renseigner sur "  la fournaise de l’été 1947 où il faisait des 40° de juin à août !!! ". Selon lui, on nous ment sur la canicule. Pour preuve ? Le fait qu’en Afrique et en Inde " il fait chaud depuis si longtemps " – oubliant de préciser que le sous-continent Indien risque de devenir inhabitable d’ici quelques dizaines d’années, évidemment.

De l’autre côté, on imagine que l’on est capable de contrôler le climat et que tout n’est que manipulation. C’est le cas de l’unique Francis Lalanne qui avance que "  les mondialistes maîtrisent parfaitement la météo avec possibilité d’amener de la pluie, mais ils organisent volontairement une sécheresse pour maintenir la propagande du pseudo réchauffement climatique, avant d’ajouter : Ils n’ont plus qu’à allumer des incendies avec leurs #Ravaillac (l’assassin d’Henry IV, ndlr) et le tour est joué pour installer la peur ! "

Un scénario à la " Don’t Look Up "

Cyril Dion était l’invité d’Olivier Truchot sur BFMTV ce mardi 19 juillet. Le militant écologiste qui a reçu le César du meilleur film documentaire en 2016 pour Demain, un film optimiste et présentant un très grand nombre de mesures testées et efficaces contre le changement climatique. En cette période de canicules et d’incendies qui augmentent de manière exponentielles, le journaliste a demandé à Cyril Dion quelles étaient les mesures à prendre.

Ce dernier a alors énuméré de nombreuses solutions, comme – parmi tant d’autre- arborer les rues des villes pour baisser leur température de trois degrés, multiplier les points d’eau et la circulation de celle-ci, isoler davantage les bâtiments et éviter la climatisation, végétaliser les facades et les toits, réduire le nombre de voitures en circulation…

Oui, mais ça, ça ne se fait pas d’un claquement de doigts ! Ce sont des investissements, ce sont des politiques qu’il faut planifier" , a réagi Olivier Truchot, tendant une perche à son invité. " Bah oui ! Mais depuis combien de temps on dit qu’il y a un changement climatique ? On ne vient pas de le dire à l’instant, là ! On le dit depuis les années 90. Il y a même des rapports qui montrent qu’on le savait à la fin des années 1970 !" , a rétorqué l’écrivain. Le journaliste a alors insisté : " Il fallait peut-être le vivre pour en prendre conscience" .

Et c’est le même son de cloche de l’autre côté de la Manche. Interrogé par GB News sur la canicule qui s’abattait sur la Grande-Bretagne, un climatologue a été rabroué pour ne pas conserver l’ambiance légère…

La maison brûle, ne regardons plus ailleurs

Il parait cependant pertinent de ne pas laisser le discours de quelques-uns noyer les avancées de milliers d’autres. Le changement climatique est réel et l’action de l’homme sur ce dernier avérée.

Comme de nombreux journaux français l’ont montré en Une, suite aux incendies dévastateurs en Gironde, notre maison brule, et nous ne pouvons plus regarder ailleurs…

polaires. "

Sur le même sujet
Plus d'actualité