10.000 litres d’eau pour refroidir les routes: le Tour de France au cœur d’une polémique

Arroser les routes du Tour de France à l'heure où le pays brûle et surchauffe, c'est une aberration écologique pour certains. Les organisateurs tentent d'éteindre la polémique.

tour de france
© BelgaImage

La France connaît, elle aussi, une vague de chaleur depuis plusieurs jours, au grand dam des coureurs du Tour de France. Face à cette canicule, les organisateurs de la Grande Boucle s’adaptent: les ravitaillements seront facilités pour les cyclistes et le délai d’arrivée sera plus long. Mais c’est une autre mesure qui a créé la polémique ce week-end.

Les organisateurs auraient prévu un stock de 10.000 litres pour arroser les routes du Tour. La raison? Sous la canicule, le bitume, qui peut parfois monter jusqu’à 60 voire 70 degrés à certains endroits, peut " transpirer " et provoquer des plaques noires collantes. Ce qui pourrait mettre en péril la sécurité des coureurs.

À l’heure où des feux de forêt ravagent la Gironde, cette pratique ne passe pas, en particulier aux yeux des défenseurs du climat. "C’est ça le ‘tour propre’ qu’on nous promettait ?" s’étonne le maire adjoint de Paris David Belliard (EELV) sur Twitter.

Face à cette polémique, le Monsieur Routes du Tour de France André Bancala a justifié le recours à une balayeuse-citerne sur certaines portions jugées dangereuses pour les coureurs. "Nous utilisons la balayeuse-citerne de manière très ponctuelle. Nous n’arrosons pas 200km de route, ça n’aurait aucun sens et ce serait techniquement impossible puisque le véhicule roule à 10-15 km/h."

Sur le même sujet
Plus d'actualité