Abattage sans étourdissement: Hugo Clément menacé de mort après avoir pris position

Le journaliste français est menacé de mort et accusé d’islamophobie après avoir dénoncé l’abattage sans étourdissement. «Je continuerai à le faire sans hésiter», a prévenu Hugo Clément, refusant de se laisser intimider.

abattage sans étourdissement rituel Hugo Clément ménace mort bien-être animal maltraitance islamophobie Bruxelles ordonnance
Hugo Clément @BELGAIMAGE

Défenseur de la cause animale et de l’environnement (entre autres), le journaliste français, ancien membre de Quotidien et de Konbini, a partagé cette semaine sur Twitter une publication de la Fondation Brigitte Bardot. Cette publication dénonçait des publicités pour l’achat de "viandes issues d’abattages rituels" à l’approche de l’Aïd, fête religieuse musulmane pendant laquelle on égorge traditionnellement un mouton.

En la retwittant, le journaliste a commenté :  "Rappel annuel que l’abattage sans étourdissement, qui consiste à égorger un animal en pleine conscience, est une pratique cruelle déjà interdite dans plusieurs pays", a-t-il écrit sur Twitter. "Aucune croyance ne peut justifier une telle maltraitance".

"Une question de cohérence"

Dans la foulée de ce tweet, Hugo Clément dit avoir reçu "énormément de menaces de mort et de messages haineux simplement pour avoir rappelé la cruauté de l’abattage rituel sans étourdissement, démontrée scientifiquement". Le journaliste a réfuté toute accusation d’islamophobie. Hugo Clément défend qu’en tant que militant pour la cause animale, il se bat pour "1000 sujets" toute l’année, citant notamment les corridas, les abattoirs "classiques" et la pêche industrielle.

"Il n’y a aucune raison de ne pas combattre une pratique qui ajoute des souffrances inutiles sous prétexte qu’elle se fait au nom de croyances. Non, les associations ne se “réveillent” pas au moment de l’Aïd, elles se battent tous les jours, et ne ferment les yeux sur rien". Le journaliste a affirmé que ces attaques n’altéreraient pas ses positions. "Je continuerai à le faire sans hésiter. C’est une question de cohérence".

Sujet polémique, l’abattage sans étourdissement ou abattage rituel a récemment coupé le parlement bruxellois en deux. La proposition d’ordonnance DéFI-Groen-Open Vld proposant d’interdire l’abattage rituel a fini par être rejetée à une courte majorité. À Bruxelles, le PS et Écolo, ont majoritairement voté contre l’interdiction… alors que leurs collègues de parti wallons avaient opté pour l’étourdissement obligatoire en 2019.

Sur le même sujet
Plus d'actualité