Qu’est ce que la "plume de chaleur", le phénomène météo qui touche la France cette semaine?

Une «plume de chaleur» s'abat actuellement sur l'Espagne et la France, avec des températures exceptionnellement élevées pour la saison. Un phénomène bien différent du «dôme de chaleur».

Qu’est ce que la
© Belga Image

Quelques jours avant l’arrivée du (gros) coup de chaud en Belgique, la France s’apprête à avoir très chaud cette semaine. Nos voisins seront frappés par une vague de chaleur exceptionnelle et précoce jusqu’à ce week-end. Elle touche dès ce mardi le sud-ouest du pays, avec des températures entre 34-36 degrés. Tout le pays sera progressivement frappé d’ici le week-end. Dans la moitié sud, le pic est attendu entre jeudi et samedi avec jusqu’à 39°C. Plus de 40°C même localement dans le sud-ouest.

Si on ne peut pas parler de canicule à proprement parler, les spécialistes évoquent une " plume de chaleur ". C’est ce qu’explique Christophe Cassou, un des auteurs du sixième rapport du Giec, sur Twitter. Un phénomène bien différent du dôme de chaleur, que nos voisins avaient connu l’année passée. " Cette vague de chaleur n’est pas un dôme de chaleur, mais une plume de chaleur, un panache, une tentacule qui vient du sud ", développe le chercheur au CNRS.

Aussi appelé "coup de chalumeau du Sahara", il s’agit d’une " vague de chaleur advective (transport d’un air chaud et sec par les vents de Sud) ". Le spécialiste précise que contrairement à un dôme de chaleur " plutôt statique, tout est ici très dynamique ". " C’est une remontée très étroite d’air chaud qui concerne généralement un ou deux pays ", ajoute Serge Zaka, agroclimatologue chez ITK, à BFMTV. Expliquant ainsi que la France et l’Espagne soient les seules véritablement touchées par la vague de chaleur. 

Comme le précisent nos confrères, le phénomène est d’ailleurs très reconnaissable à sa " forme allongée caractéristique ". La formation de cette " plume de chaleur " fait, selon les experts, suite à l’apparition d’une " goutte froide " sur l’ouest de l’Europe, plus précisément au large du Portugal.  La formation de cette plume de chaleur est la conséquence de l’apparition d’une goutte froide sur l’ouest de l’Europe, plus particulièrement au large du Portugal. Comme l’explique Le Parisien, il s’agit d’une masse d’air frais " qui agit comme une pompe à chaleur " et fait remonter de l’air chaud depuis le Maghreb et la péninsule ibérique.

Un épisode exceptionnel 

Si la France a déjà connu des températures particulièrement élevées en juin (46°C à Vérargues fin juin 2019), le phénomène actuel n’en est pas moins anodin. Selon l’expert du Giec, cette épisode de chaleur est " exceptionnelle, voir proche des records ". " C’est la première fois qu’on va avoir une vague de chaleur aussi tôt et on pourrait atteindre 40°C pour la première fois aussi tôt dans la saison" , insiste Olivier Proust, révisionniste à Météo-France, auprès de l’AFP.
Selon Christophe Cassou, l’augmentation de la fréquence et de l’intensité de ce type de phénomènes est attribuée par le rapport du Giec " à l’influence humaine à l’échelle mondiale et continentale ". 

Pas de " vague de chaleur " chez nous 

En Belgique, le phénomène devrait, heureusement, être moins extrême. Selon Stephan van Bellinghen, présentateur météo chez RTL, on ne pourra pas véritablement parler de "vague de chaleur" chez nous. Il faut, comme le précise le spécialiste, 5 jours consécutifs minimum à plus de 25 degrés. Et pendant ces 5 jours, au moins 3 jours à plus de 30 degrés. Ce qui ne devrait donc pas être le cas chez nous. On s’attend à dépasser les 30 degrés vendredi et samedi, avant un rafraîchissement dimanche. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité