Voici les pistes du Giec pour "garantir un avenir vivable"

Le pic des émissions doit être atteint au plus tard en 2025 pour limiter le réchauffement à 1,5 °C, souligne le Giec dans son dernier rapport, paru ce lundi.

rapport Giec environnement réchauffement climat planète CO2 hydrogène énergie
@BELGAIMAGE

Limiter le réchauffement mondial à +1,5°C, sans pouvoir exclure un dépassement de ce seuil pendant quelques années, nécessitera d’atteindre un pic des émissions mondiales de gaz à effet de serre au plus tard d’ici 2025, soit dans seulement trois ans, puis de réduire drastiquement les émissions les décennies suivantes pour arriver à la neutralité carbone au milieu du siècle, selon le dernier rapport du Giec publié lundi.

Les mesures prises par les différents pays jusqu’à la fin 2020, sans tenir compte des nouveaux engagements pris dans le cadre de la COP26 fin 2021 à Glasgow, conduisent la planète sur une trajectoire de réchauffement de +3,2°C en 2100, rappellent les 278 experts auteurs du rapport.

Diviser par 2 les émissions d’ici à 2030

Mais face à ce défi sans précédent pour l’Humanité, des options existent dans tous les secteurs pour au moins diviser par deux les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, selon ce rapport consacré à l’atténuation des changements climatiques, le troisième opus du sixième cycle d’évaluation des experts climat de l’Onu.

"Limiter le réchauffement mondial requerra des transitions majeures dans le secteur énergétique. Cela impliquera une réduction substantielle de l’utilisation des énergies fossiles, une électrification à grande échelle et le recours à d’autres carburants comme l’hydrogène", résume le Giec.

Sobriété énergétique et élimination du CO2

Les trajectoires permettant de limiter la hausse du mercure à 1,5°C prévoient de réduire en 2050 la consommation de charbon, pétrole et gaz de respectivement 95%, 60% et 45% par rapport aux niveaux de 2019. Des réductions drastiques des émissions seront nécessaires dans tous les secteurs (industrie, énergie, transports, bâtiments…), y compris celui de l’agriculture et de la sylviculture. Et pour atteindre la neutralité carbone, il faudra passer par des méthodes d’élimination du CO2 atmosphérique.

Il s’agit par exemple de développer les puits de carbone, via la reforestation et l’agroforesterie, mais aussi des procédés de capture et de stockage du carbone.

Les scientifiques constatent aussi que le coût des principales énergies renouvelables comme l’éolien, le solaire mais aussi celui des batteries pour véhicules électriques ont fortement baissé ces dernières années et sont même désormais inférieurs au coût des énergies fossiles.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité