La vidéo qui fait scandale avant la Cop26 : des eaux usées sont déversées dans la Manche

Le refus du parlement Britannique d'interdire le rejet d’eaux non filtrées a provoqué la colère dans tout le pays. Le photographe Chris Pearsal a filmé 49 heures de ce triste spectacle…

Cop26 pollution environnement eaux usées
Photo-illustration/ ©BELGAIMAGE

Bad timing. À quelques jours de l’ouverture de la Cop26 à Glasgow, voilà une polémique dont le gouvernement de Boris Johnson se serait bien passé. Le 22 octobre, le photographe britannique Chris Pearsal a publié sur les réseaux sociaux la vidéo d’un tuyau déversant sans discontinuer des eaux usées (et non traitées) dans la mer. Sans discontinuer… pendant les 49 heures qu’a duré l’enregistrement de Chris Pearsal, selon la BBC.

Ce triste spectacle a eu lieu à Langstone Harbour, un port de la Manche situé à une quarantaine de kilomètres de Southampton. Filmée à l’aide d’un drone, la vidéo montre la station d’épuration du Hampshire déverser son trop-plein d’eaux usées, en pleine réserve aquatique naturelle.

 

400.000 rejets en 2020

Pour le gouvernement britannique, ces images tombent d’autant plus mal que le parlement vient justement de refuser d’interdire le déversement des eaux usées non filtrées. Ces dernières années, l’augmentation des précipitations a surchargé les égouts du pays. Débordées, les stations d’épuration sont régulièrement réduites à se décharger dans la mer ou dans les rivières.

En raison de la pénurie de chauffeurs routiers qui frappe le Royaume-Uni, les produits chimiques nécessaires au traitement des eaux usées sont en effet indisponibles, ce qui accentue encore le phénomène. 400.000 rejets de ce type ont eu lieu en 2020. Soit l’équivalent de plus de 3 millions d’heures comme celles filmées par Chris Pearsal. Seules 14% des rivières britanniques sont classées comme écologiquement saines.

Pour justifier le rejet de la loi interdisant ces déversements, le gouvernement a argué de coûts importants nécessaires à la transformation « complète du système » de traitement des eaux usées. Un porte-parole du gouvernement a toutefois admis que la quantité de ces rejets était « inacceptable ». Sur les réseaux sociaux et dans l’opposition, des voix de plus en plus nombreuses se font entendre pour protester contre ces rejets polluants.

Sur le même sujet
Plus d'actualité