Flandre: 20% des entreprises les plus risquées pour l’environnement jamais contrôlées

Des responsables du ministère flamand de l’Environnement expliquent avoir des difficultés à mener certains contrôles dans la pratique.

Flandre: 20% des entreprises les plus risquées pour l’environnement jamais contrôlées
L’usine 3M de Zwijndrecht, cœur du scandale sur la pollution aux SPFO en Flandre @BelgaImage

Vingt pour cent des quelque 11.000 entreprises flamandes de classe 1 selon le règlement local de l’Environnement n’ont jamais été inspectées. C’est ce qu’a révélé vendredi le ministère flamand de l’Environnement dans le cadre de l’enquête sur la pollution par le SPFO.

Des contrôles difficiles à mener

Les entreprises de classe 1 sont les entreprises qui causent potentiellement le plus de dégâts à l’environnement. Elles doivent demander un permis environnemental, qui est généralement remis par la province. De nombreuses entreprises figurant sur cette liste n’ont jamais été inspectées. Cependant, une liste prioritaire est en cours d’élaboration avec les entreprises qui, selon l’inspection, peuvent avoir un impact significatif sur l’environnement.

L’administration se concentre dans un premier temps sur les entreprises pour lesquelles une obligation d’inspection européenne s’applique. Ensuite, c’est au tour des entreprises connues pour avoir un impact environnemental majeur. Toutefois pour avoir ces informations, l’administration dépend souvent des informations fournies par les entreprises elles-mêmes, vu qu’elles développent des substances qui étaient auparavant inconnues et pour lesquelles il n’y a donc aucun moyen de les mesurer. Cela s’applique également à de nombreux nouveaux composés fluorés de la catégorie PFAS. «Il n’y a pas encore de méthodes de mesure pour la majorité de ces substances», a déclaré Sigrid Raedschelders, du ministère de l’Environnement. «Il est donc difficile pour l’inspection de contrôler activement». Les émissions de SPFO ont été mesurées dans environ 500 entreprises en Flandre.

Les services du ministère de l’Environnement flamand ont également été interrogés ce vendredi pour savoir s’ils étaient au courant de l’influence politique dans cette affaire. Des employés anonymes en ont témoigné dans un reportage de la chaîne télévisée Één. À la suite de cela, l’agence Audit Vlaanderen a ouvert une enquête.

Sur le même sujet
Plus d'actualité