Marche pour le climat : la mobilisation est-elle toujours aussi forte ?

À l'approche de la COP26, des milliers de manifestants pour le climat sont attendus ce dimanche à Bruxelles pour envoyer un message fort aux décideurs politiques.

Marche pour le climat
© BelgaImage

La Marche pour le climat fait son grand retour. Freiné dans son élan par la crise sanitaire, le mouvement reprend du service avec un nouveau rassemblement organisé ce dimanche à Bruxelles. Le premier depuis mars 2020. L’objectif est clair : envoyer un signal fort aux décideurs et augmenter la pression à l’approche d’un important sommet européen et de la COP26. « C’est le point de bascule : restons-nous empêtrés dans ce monde d’avant ou optons-nous pour un monde solidaire, juste et durable ? », lancent les organisateurs.

Avant cette pause forcée d’un an et demi, les citoyens étaient parfois plusieurs dizaines de milliers à manifester pour une action climatique dans les rues de la capitale. Ils étaient 65.000 lors de la première édition organisée par l’association Rise for climate en décembre 2018. Le 15 mars 2019, lors de la grève mondiale pour le climat, en réponse à l’appel de la militante suédoise Greta Thunberg, ils étaient 30.000. Un an plus tard, sous la menace du coronavirus, ils n’étaient plus que 3.500.

Le signe d’un certain essoufflement ? Ce serait compréhensible tant les politiques, au-delà des beaux discours, peinent à apporter des réponses efficaces à l’urgence climatique. « Il n’y a pas encore de réels changements dans les actions », dénonce Adélaïde Charlier, figure de proue francophone du mouvement Youth for Climate dans La Libre. « Clairement, je vois autour de moi de plus en plus de jeunes qui demandent des comptes. » La pandémie n’a certainement pas apaisé leur colère, puisqu’elle a relégué la crise climatique au second plan.

Tic Tac

Pourtant, l’enjeu n’a pas changé. Il est même encore plus pressant. « L’horloge tourne. Les dérèglements climatiques ne sont plus une perspective lointaine », insiste la Coalition climat, qui chapeaute plus de 80 organisations de la société civile. Le réchauffement climatique, causé par les activités humaines, apporte déjà son lot d’incendies, de sécheresses, de tempêtes et d’inondations meurtrières partout dans le monde, Belgique y compris. « Il est encore possible de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, mais nous devons agir maintenant », concluent les organisateurs, qui plaident pour des mesures ambitieuses et solidaires ainsi que la mise en œuvre d’un Green New Deal belge.

À la veille du grand jour, la mobilisation climatique semble avoir repris du poil de la bête. Sur l’événement Facebook intitulé Back To The Climate, ils sont près de 25.000 à avoir marqué leur intérêt pour la marche. Parmi eux, de nombreux jeunes plus que jamais déterminés à mener ce combat existentiel pour leur génération.

En pratique

Le cortège s’élancera à 13h depuis la gare de Bruxelles-Nord. Il se dirigera ensuite vers la petite ceinture, la Rue de la Loi et Schuman pour prendre fin au Parc du Cinquantenaire, où des discours sont attendus à partir de 16h. L’occasion d’écouter les messages stimulants des représentants de la Coalition Climat, ainsi que les récits des victimes des inondations en Belgique et des femmes du peuple indigène Sarayaku, qui témoigneront de leur combat contre les compagnies pétrolières.

Pour s’y rendre, la Stib a annoncé que son réseau sera gratuit ce dimanche entre 12h et 19h. Pour les participants non-bruxellois, la SNCB renforcera son offre de trains et rappelle l’existence de son Ticket Weekend, qui leur offre une réduction de 50% par rapport au tarif normal.

Le pass sanitaire n’est pas requis. Mais les organisateurs invitent les manifestants à respecter les mesures sanitaires en vigueur, à savoir masque et distance de sécurité.

Sur le même sujet
Plus d'actualité