Etudes de médecine : un concours d’admission remplacera l’examen d’entrée dès l’année prochaine

Dès l'année prochaine, les candidats aux études de médecine et de dentisterie devront se soumettre à un concours d'entrée.

Etudes de médecine : le concours d'admission définitivement validé
Le concours d’admission a été définitivement validé © Belga Image

Ce concours, qui ne laissera entrer dans les facultés médicales qu’un nombre prédéterminé de lauréats (ceux qui seront les mieux classés, ndlr) se substituera à l’examen d’entrée en place depuis 2017, lequel laissait entrer tous les candidats qui le réussissaient. Ce changement fait suite à l’accord historique intervenu en début d’année entre le Fédéral et la FWB sur le nombre de numéros Inami destinés aux médecins francophones.

En échange d’un relèvement de ce quota tenant mieux compte des besoins de médecins sur le terrain, la FWB a accepté d’instaurer un concours d’entrée à ces études, comme déjà pratiqué par la Flandre. En conséquence, le nombre de quotas Inami pour les nouveaux médecins francophones passera de 505 à 744 à l’horizon 2028.

Le futur concours, qui sera organisé en une session unique pendant la 2e quinzaine de chaque mois d’août, s’inspira fortement de l’examen d’entrée en place jusqu’ici, lequel évaluait les candidats sur huit matières relevant à la fois des sciences humaines et des sciences exactes.

A lire aussi : Etudes de médecine: accord historique sur les numéros Inami

D’application dès l’année prochaine

Le texte décrétal définit également la formule de calcul qui déterminera le nombre d’étudiants qui seront admissibles chaque année.  Celui-ci prendra en compte le nombre de quotas prévus pour les étudiants à la fin de leurs six années d’études, augmenté d’un " taux de déperdition " pour tenir compte de ceux qui abandonneront ou qui connaîtront un retard dans leur parcours académique.

Le nombre exact d’entrants aux études de médecine et dentisterie pour la prochaine rentrée sera toutefois défini dans les prochaines semaines " sur la base d’une concertation interfédérale ", précise mercredi dans un communiqué la ministre Valérie Glatigny (MR). La question devrait être évoquée à l’occasion d’une prochaine conférence interministérielle (CIM) Santé, élargie aux ministres aux ministres de l’Enseignement supérieur.

Il y a quinze jours lors du débat sur le texte en commission, Mme Glatigny avait évoqué un taux de déperdition de 24%, un chiffre encore à confirmer donc. Le projet de décret a été approuvé mercredi soir en séance plénière par la majorité PS-MR-Ecolo.  L’opposition PTB, Les Engagés et DéFI a voté contre.  Le futur concours d’admission sera d’application dès la prochaine année académique.

La Fédération Wallonie-Bruxelles a respecté son engagement" , a salué M. Vandenbroucke. " Avec ce concours d’admission, elle introduit une responsabilisation au début des études, à l’instar de ce que fait la Flandre. Ce concours est aussi la pièce finale qui permet une planification optimale de l’offre médicale, car l’adéquation du nombre de médecins avec les besoins de la population aura un effet positif sur la qualité de la formation, sur la qualité des professions médicales, et sur la qualité des soins" .

Sur le même sujet
Plus d'actualité