Crise énergétique: vers une diminution du chauffage dans les écoles cet hiver pour faire des économies?

Coupure du chauffage après les cours, diminution de la température dans les classes… Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE) envisagerait plusieurs mesures pour éviter que la facture d’énergie des écoles n’explose.

WBE envisagerait de baisser la température dans les classes
WBE envisagerait de baisser la température dans les classes @BELGAIMAGE

Baisser la température et mettre un pull de plus. Le maire de la commune française de Périers (Normandie) a décidé de prendre la consigne au pied de la lettre. Gabriel Daube a en effet annoncé vouloir abaisser le chauffage à 19°C dans les classes, et d’offrir en contrepartie aux 350 écoliers de sa commune une polaire. Le maire a fait ses comptes : même avec "6.000€" de dépense pour les polaires, le budget communal en sortira gagnant, vu la réduction de la consommation d’énergie. Des établissements scolaires en Belgique pourraient-ils être amenés à faire le même calcul ?

Sans en venir spécialement à distribuer des pulls, les écoles envisagent cependant plusieurs pistes pour faire face à l’envolée des coûts. Selon un document de Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE) que la DH a pu consulter, le Pouvoir Organisateur penserait à couper le chauffage après les heures de cours, voire durant le dernier cours de la journée.

La ventilation serait réduite au strict minimum (adieu les mesures Covid-free ?), et le temps de douche diminué dans les internats. Surtout, WBE envisagerait de baisser la température dans les classes. Selon la DH, la température des classes est censée être de 20°C.

Les partis de la majorité pas très chauds

"Il conviendrait de proposer une réduction des températures de consigne en allant en dessous de ces températures normatives. Il est cependant recommandé de ne pas aller au-delà de 2°C sous celles-ci pour des raisons évidentes de confort", dit la note de WBE, qui doit encore être confirmée par les mesures définitives annoncées aux directions des établissements.

On estime en tout cas que pour chaque degré de moins, la facture énergétique diminue de 7%. Ce qui n’est pas négligeable, quand on prend en compte les projections de WBE, qui s’attend à ce que les charges énergétiques de ses 500 écoles grimpent pour 2022 à 181,8 millions d’euros, selon les chiffres avancés par le quotidien.

En attendant, plusieurs partis politiques se sont positionnés sur l’éventualité d’une baisse du chauffage à l’école. "On entend déjà les familles qui n’osent plus chauffer chez elles par peur de la facture et en plus, les petits bouts auraient froid à l’école ? C’est inacceptable, a réagi dans la DH la députée PTB Alice Bernard. Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles doit coûte que coûte garantir que les écoles seront correctement chauffées. Il faut tout faire pour obtenir du fédéral un blocage des prix et une taxe sur les surprofits des géants de l’énergie".

L’élu écolo Kalvin Soiresse  préconisait lui de commencer par diminuer la température des locaux annexes avant de s’occuper des classes, et était rejoint en cela par la députée MR Stephanie Cortisse, pour qui "on ne doit pas laisser les enfants dans le froid".

Sur le même sujet
Plus d'actualité