Décret Paysage: les changements dans l’enseignement supérieur

Avec le nouveau décret Paysage, les règles vont changer dans l'enseignement supérieur, notamment pour ceux en première année mais pas seulement.

Amphithéâtre à Louvain-la-Neuve
Amphithéâtre à l’université de l’UCLouvain, le 17 mars 2021 ©BelgaImage

C’est l’heure de la rentrée et c’est donc maintenant que s’applique la réforme du Décret Paysage. Adopté en décembre par le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), il introduit plusieurs changements, avec notamment des contraintes de réussite pour les étudiants. Petit tour d’horizon.

Une date limite d’inscription avancée

Le premier point qu’il convient de relever, c’est la nouvelle date limite pour s’inscrire dans le supérieur. Elle est désormais fixée au 30 septembre, et non plus au 31 octobre. Le but: faire en sorte "que les étudiants entament l’année académique d’un bon pied et qu’ils suivent les cours dès le début", explique à La Libre le cabinet de la ministre Valérie Glatigny (MR). L’objectif est donc d’éviter que des étudiants commencent tardivement leurs études et aient ainsi plus de risques d’être en difficulté. Cela s’applique dans les établissements reconnus par la FWB (les seuls qui peuvent accorder des diplômes), c’est-à-dire 6 universités, 20 hautes écoles, 16 écoles supérieures des arts et des dizaines d’établissements de promotion sociale.

En bac 1, tout réussir ou sinon pas de bac 2

De base, une année classique en supérieur se décline en 60 crédits correspondant aux différents cours. Jusqu’ici, il suffisait pour les étudiants d’obtenir au moins 45 crédits pour passer de la première année (bac 1) à la deuxième (bac 2), à condition de garder les crédits des cours ratés. Désormais changement total (pour cette première année). Si vous n’obtenez pas vos 60 crédits, vous restez en bac 1.

Si vous obtenez moins de crédits, il existe plusieurs scénarios. Avec au moins 45 crédits, l’étudiant reste en première mais il peut prendre des cours de bac 2 avec une limite totale de 60 crédits (sans besoin de passer par le jury). Une exception: entre 55 et 59 crédits obtenus, le jury peut accepter de constituer un programme de 65 crédits. De 30 à 44 crédits, il faut repasser les cours ratés et il n’est possible de prendre des cours de bac 2 qu’avec l’accord du jury. Enfin, avec moins de 30 crédits, il faut non seulement repasser les cours ratés mais aussi s’inscrire à des activités de remédiation (cette fois sans possibilité de suivre des cours de bac 2). Ajoutons qu’il faudra réussir au moins une unité d’enseignement en bac 1 pour pouvoir se réinscrire.

Un nombre limité d’années pour faire ses études

Pour le parcours scolaire global en supérieur, le principal changement concerne le temps limité pour réussir ses études. Une réforme destinée à assurer la finançabilité du système. Les 60 crédits de bac 1 doivent d’abord être acquis en deux ans maximum. Pour rester en lice, il faut ensuite avoir validé en quatre ans 120 crédits du bachelier (soit l’équivalent de deux années) et en cinq ans 180 crédits (c’est-à-dire trois années). Si l’étudiant intègre une réorientation dans son parcours, il a droit à une année supplémentaire.

Il existe également des critères pour les années de master. En deux ans, l’étudiant doit avoir validé 60 crédits. En quatre ans, les 120 crédits du master doivent être acquis, soit l’équivalent des deux années.

En pratique, quelques ajustements temporaires (ou pas)

Ces modifications posent la question de ce qui arriverait pour ceux qui se sont inscrits en bac 1 en 2021-2022 et qui y sont toujours en 2022-2023. Sauf exception, ils n’auront pas encore d’obligation de réussir totalement leur première année pour la rentrée 2023. Un régime transitoire les dispense de cette mesure. Ils devront par contre avoir obtenu leurs 60 crédits de bac 1 pour la rentrée 2024.

D’autres cas plus particuliers ne dispensent pas de ce type de traitement de faveur. Exemple: l’étudiant qui a entamé un bac 1 en 2021 et qui souhaite s’inscrire dans un autre cursus à la rentrée 2022, donc toujours en bac 1. Cette fois, il sera bien soumis à l’obligation d’obtenir les 60 crédits dans les deux ans à venir et son année supplémentaire de réorientation sera déjà considérée comme utilisée. Il devra donc avoir 120 crédits à la rentrée 2026 et 180 crédits en 2027.

Autre exemple: un étudiant qui a commencé son bac 1 à la rentrée 2020 et qui a recommencé sa première année en 2021-2022. Pour la rentrée 2024, il devra obtenir 120 crédits puisqu’il aura déjà étudié pendant quatre ans. Dernier cas particulier: un passage du bachelier au master en cette rentrée 2022. Si un étudiant a moins de 15 crédits restants correspondants à des cours de bachelier, les portes du master s’ouvrent à lui. S’il y en a plus, il restera en bachelier et ne pourra commencer à suivre des cours de master que si le jury le lui accorde. Pour plus d’informations, consultez la page interactive du gouvernement de la FWB.

Sur le même sujet
Plus d'actualité