Un "Prix du PS" remis dans les écoles de Huy suscite la polémique

Ecolo dénonce de la «propagande» politique.

Ecolo PS prix écoles Huy propagande polémique Caroline Désir
Le député écolo Rodrigue Demeuse @BELGAIMAGE

C’est une tradition qui remonterait à près d’un demi-siècle : à la ville de Huy, chaque année, les six écoles communales récompensent un de leurs élèves d’un prix du Parti socialiste. "Dans chaque établissement, il récompense en effet l’élève qui s’est distingué par ses valeurs d’entraide, de solidarité et de respect", a expliqué l’échevin hutois de l’Enseignement, Adrien Housiaux (PS), à La Libre. L’élève primé reçoit un bon d’achat de 20 euros à dépenser dans les librairies de la ville.

Dans l’opposition, Ecolo a dénoncé cette année cette pratique, y voyant une forme de "propagande" . Le député écologiste Rodrigue Demeuse a porté le dossier devant le parlement de la fédération Wallonie Bruxelles, arguant du fait que toute forme de propagande politique est évidemment interdite à l’école.

"Ce qu’on me répond quand je pose des questions sur cette pratique, c’est qu’on a toujours fait ainsi, a commenté dans La Libre Rodrigue Demeuse. Mais c’est bien ce qui m’inquiète. L’habitude est tellement ancrée qu’elle semble ne plus gêner personne. Il y a estompement de la règle. Un élu socialiste vient bien remettre un prix qui porte le nom de son parti dans six écoles primaires communales, devant quelques centaines de gens à chaque fois".

Appel au dialogue

Du côté des socialistes, on pointe le timing de la sortie des écologistes. "Je m’étonne de cette attaque au moment précis où des tensions sont survenues entre la majorité et Ecolo à Huy, alors que ce prix existe depuis la nuit des temps et n’a jamais fait l’objet d’aucune critique, fût-ce au conseil communal", a répliqué Adrien Housiaux.

Se saisissant du dossier, la ministre de l’Education Caroline Désir (PS) a annoncé qu’elle allait saisir la Commission du Pacte Scolaire et appelait au dialogue: "Les cas de propagande au sein des établissements scolaires ne représentent pas à vrai dire la majorité des dossiers étudiés par la Commission du Pacte scolaire. La propagande est définie sur son site comme " le fait d’exercer une action sur l’opinion pour l’amener à avoir certaines idées politiques ou sociales, à soutenir une politique, un gouvernement, un représentant" (propos relayés par la RTBF).

"Pour ce genre de dossiers, continuait la ministre, la solution vient souvent du dialogue entre les responsables visés et la Commission, qui débouche sur une modification, voire un arrêt de pratiques incriminées. Les sanctions prévues par le législateur visent tout pouvoir organisateur qui refuserait de répondre à la mise en demeure du gouvernement : elles donnent lieu à un retrait de son financement ou des subventions. Il suffit souvent de pointer une pratique douteuse, pour que le pouvoir organisateur y mette un terme".

Sur le même sujet
Plus d'actualité