Réforme de l’agenda scolaire: tout ce qu’il faut savoir

Voici toutes les informations sur le nouveau rythme du calendrier scolaire qui devrait rentrer en vigueur dès la rentrée d'août 2022.

Réforme de l’agenda scolaire: tout ce qu’il faut savoir
Illustration. (@Belga Image)

Le calendrier scolaire tel qu’on le connait depuis un moment devrait disparaitre. En effet, la réforme devrait être votée ce mercredi au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et changera sûrement pas mal d’habitudes dans de nombreuses familles belges.

Si la réforme est votée, le nouveau système entrera en vigueur dès la prochaine année scolaire, à partir du lundi 29 août 2022.

Comment le calendrier scolaire va-t-il changer ?

Fini les périodes de congés scolaires habituelles. Désormais, le nouveau rythme sera 7 semaines de cours, 2 de congés. Cela signifie que celles de Toussaint/s et Carnaval/Printemps seront désormais deux fois plus longues. Mais cela signifie aussi que les vacances d’été seront un petit peu plus courtes.

L’année scolaire va désormais démarrer le dernier lundi d’août (sauf si c’est le 30 ou le 31) et se terminera le premier vendredi de juillet.

Certaines fêtes auront lieu hors des vacances

Avec ce nouveau rythme, les jours fériés liés aux fêtes religieuses ne seront plus systématiquement intégrées aux périodes de vacances, comme avant, sauf le jour de Noël qui sera forcément intégré aux vacances de décembre/janvier.

Mais par exemple, le Mardi gras, qui reste un jour de congé scolaire, ne sera pas forcément intégré aux vacances de Carnaval, et encore moins le lundi de Pâques, puisque les vacances de printemps se retrouvent décalées à mai. Mais comme l’Armistice et la Toussaint, il restera une journée de congé, même hors vacances.

Plus de vacances ou plus de jours d’école ?

Ni l’un ni l’autre. On reste sur 182 jours en classe par année scolaire. D’après la FWB, l’idée de cette réforme est d’avoir un rythme qui prendra mieux en compte les besoins des élèves, tout en favorisant l’apprentissage et facilitant l’intégration d’activités sportives, culturelles ou de moment de remédiation durant les heures de cours.

L’objectif est aussi d’avoir beaucoup moins de jours " blancs " consacrés aux journées parents-professeurs, aux conseils de classe, remise des bulletins, etc. En primaire, il n’y en aura plus que trois dès l’an prochain et en secondaire, on passera progressivement à 12 jours dans le secondaire inférieur et 18 dans le supérieur, contre 18 et 27 aujourd’hui.

Dans le reste du pays

Cette réforme ne concerne que la Fédération Wallonie-Bruxelles et pas le reste du pays. Une période de transition sera donc d’application jusqu’en 2032-2033 pour limiter les désagréments, avec des périodes de cours entre 6 et 8 semaines

Pourquoi la réforme fait débat ?

Parce que même si le monde politique est majoritairement d’accord sur ses bienfaits, pour une partie des élus, elle sera d’application trop vite, ne laissant que quelques mois aux écoles pour s’organiser. D’autres critiquent justement le fait que la FWB ne sera plus raccord non seulement avec les communautés flamandes et germanophones, mais également avec l’enseignement supérieur et des différentes conséquences que cela créera.

Enfin, d’autres se plaignent des nombreuses difficultés que cela crée pour les professeurs, notamment ceux qui enseignent en secondaire et supérieur, ou donne cours dans différentes communautés linguistiques.

Sur le même sujet
Plus d'actualité