Le prix des pellets en baisse : la crainte de pénurie est-elle passée?

En janvier 2023, le prix moyen pour un sac de 15kg de pellets est passé sous la barre des 10 euros, ce qui équivaut à la plus forte baisse (-8%) enregistrée ces douze derniers mois.

Pellets: est-ce la fin du risque de pénurie?
@BELGA IMAGE

Si les prix restent élevés par rapport à l’année passée (environ deux fois plus cher), une baisse des prix des pellets est observée depuis maintenant trois mois. Celle-ci peut s’expliquer par l’hiver particulièrement doux et la diminution de la consommation des propriétaires de poêle à pellets.

La fin de la spéculation de certains producteurs « qui ont produit tout l’été en cachette alors qu’ils ne répondaient plus aux sollicitations des revendeurs » est un autre facteur à prendre en compte dans l’explication de cette diminution des prix, comme le précise le fondateur de la plateforme palette-pellets.be à L’Echo.

A lire aussi : Chauffage : vers une baisse durable du prix des pellets ?

Cette baisse des prix va-t-elle continuer ? Selon Valbiom, interrogé par l’Avenir, cela dépendra de la météo et… des revendeurs. En effet, certains ont acquis du stock à prix élevé et ne sont pas prêts de le laisser partir à perte. Il est toutefois difficile de chiffrer le nombre de revendeurs à être dans ce cas.

Dès le mois de février, les Belges qui se chauffent principalement au pellet vont pouvoir demander une prime auprès du SPF Economie. Ce chèque de 250 euros, qui concerne les livraisons de minimum 500 kg entre le 1er juin 2022 et le 31 mars 2023, pourrait faire augmenter la demande, et donc les prix. Plusieurs revendeurs constatent d’ailleurs actuellement une hausse de la demande en granulés de bois.

A lire aussi : Voici comment obtenir la "prime pellets" de 250 euros

Crainte de pénurie ?

Cet été, beaucoup de propriétaires de poêles à pellets craignaient de ne pas pouvoir se chauffer cet hiver. La crainte de pénurie est-elle passée ? Pour Valbiom, il est difficile de se prononcer sur la question. Mais la baisse des prix et la fin des problèmes d’approvisionnement des vendeurs indiquent que l’offre est suffisante par rapport à la demande.

L’entreprise Bois Moderne, interrogée par l’Avenir, n’a d’ailleurs jamais cru au risque de pénurie et estime que cette « histoire » a fait beaucoup de mal au secteur : « Sans cet emballement, on aurait pu passer l’année sans soucis ».

A lire aussi : Arnaques aux pellets et au bois de chauffage : comment ne pas tomber dans les filets des faux marchands

Sur le même sujet
Plus d'actualité