Prix de l’énergie : est-ce enfin le moment de baisser vos factures d’acompte ?

La facture annuelle moyenne de gaz et d’électricité a fortement diminué en janvier. L’époque des factures d’acompte ultra-salées est-elle définitivement révolue ?

Prix de l’énergie : est-ce enfin le moment de baisser vos factures d’acompte ?
@BELGAIMAGE

Depuis la flambée d’août dernier, lorsque le prix du gaz s’était envolé à des hauteurs inédites (près de 350 euros/MWh), la tendance est à l’accalmie. En six mois, le contrat TTF livraison à un mois (la référence pour la fixation des prix du gaz sur les marchés européens) a perdu plus de 80%. Ce mardi, le TTF s’affichait légèrement en-dessous des 60 euros. Cela faisait plus d’un an que ce n’avait pas été le cas.

Le bon niveau de remplissage des stocks européens, le ralentissement économique de la Chine (suite au Covid-19 puis au déconfinement récent du pays) ainsi que la clémence de la météo expliquent cette tendance baissière. La diminution des prix de l’énergie s’auto-alimente également dans une certaine mesure, puisqu’elle refreine les ardeurs des spéculateurs sur les marchés.

Economie de 629 euros

Par ricochet, la chute des cours sur les marchés de gros se répercute sur les prix du gaz, et donc, de l’électricité. Le régulateur flamand (Vreg) a ainsi noté un recul de 20 % des factures de gaz et 13 % pour l’électricité en janvier par rapport à décembre.

Celui qui souscrit un nouveau contrat d’électricité ce mois-ci doit s’attendre à une facture annuelle moyenne de 2.450 euros pour le gaz, soit une économie de 629 euros par rapport à un contrat conclu en décembre 2022. Une bonne nouvelle, alors que la crise énergétique a mis à mal le pouvoir d’achat de nombreux ménages ces derniers mois.

A lire aussi : Test Achats explique pourquoi il ne faut pas choisir un contrat d’énergie fixe à la hâte

Comme Julie Frère, porte-parole de Test Achats, l’expliquait à RTL, ces récentes baisses sur les marchés du gaz vont aussi se répercuter sur le prix au KWh facturé aux ménages, et ce, particulièrement pour ceux ayant un contrat variable indexé sur base mensuelle.

Du cas par cas

Alors qu’on semble apercevoir ce qui reste tout de même une faible lueur au bout du tunnel (rappelons que même si les prix de l’énergie sont globalement en baisse depuis la fin de l’été, ils restent très élevés comparés à ceux pratiqués avant la crise énergétique, et qu’une remontée est encore possible), la tentation pourrait être grande de vouloir baisser le montant de vos factures d’acompte. Quand les prix du gaz et de l’électricité avaient entamé leur envol infernal, les fournisseurs avaient en effet adaptés à la hausse les acomptes demandés pour les contrats variables, afin que le client ne se retrouve pas en fin d’année à devoir s’acquitter d’une facture de régularisation impayable. N’est-il pas temps, désormais, d’emprunter le chemin inverse ?

À lire aussi : Crise de l’énergie : pouvez-vous contester une augmentation de votre facture d’acompte?

«Il faut rester prudent, car la réponse à cette question varie en fonction de la situation personnelle de chaque ménage, répondait Stéphane Bocqué, le porte-parole de la Febeg, la Fédération belge des entreprises électriques et gazières, dans l’Echo. Cela dépend du type de contrat, du moment où il a été souscrit et des efforts faits pour baisser la consommation d’énergie, etc.» Si vous avez conclu un contrat en août 2022, lorsque les prix étaient au sommet, il pourrait en effet être intéressant de procéder à diminution de vos acomptes.

Pour une souscription plus tard dans l’année, alors que les prix étaient déjà en train de baisser, la prudence reste de mise (l’hiver n’étant pas fini, des températures très froides pourraient se répercuter rapidement sur les tarifs demandés). Il vaut alors mieux attendre le printemps.

A lire aussi : Crise de l’énergie: ces comparateurs pour choisir le meilleur contrat

Tenir à l’œil ses index

Pour l’instant, le meilleur conseil reste encore de relever mensuellement ou trimestriellement vos index et de les encoder sur la plateforme digitale de votre fournisseur (ce qui est possible chez la majorité des fournisseurs). À partir des prix actuels, celle-ci vous indiquera quel doit être le montant de vos acomptes afin de recevoir une facture annuelle la plus basse possible.

Vous pourrez alors décider de modifier ou non votre acompte. Mais attention : comme le notait l’Echo, certains fournisseurs limitent à un certain nombre de fois ou à un certain pourcentage de réduction ces ajustements.

À lire aussi : Baisse des prix de l’énergie : quel impact sur votre facture?

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité