Crise de l'énergie: le retour des contrats fixes, une bonne nouvelle?

A partir du 2 janvier, Luminus relance le contrat fixe. Mais les concurrents ne semblent pas suivre et Test-Achat invite à la prudence. Explications.

Tarif social : bonne nouvelle pour ces locataires !
Pièces d’euros sur une plaque de gaz, illustration de l’inflation @Belga Image

Il y a trois mois, le contrat fixe d'énergie disparaissait, le marché du gaz et de l'électricité subissant trop de fluctuations. Aujourd'hui, marche arrière. Du moins chez Luminus. Le fournisseur d'énergie relance le contrat fixe pour le gaz et l'électricité à partir du 2 janvier. Des contrats d’un an en Wallonie et en Flandre, et de trois ans à Bruxelles - via la chaîne de magasins MediaMarkt pour la capitale.

A priori, il s'agit d'une bonne nouvelle pour le consommateur, car, comme le dit bien le porte-parole de Luminus Nico De Bie, le contrat fixe offre "une certaine tranquillité d'esprit". Pourtant, Test-Achat appelle à la prudence et invite les consommateurs à ne pas se jeter sur ces contrats. Car le montant du tarif n'est pas encore connu. Et la tendance du marché est plutôt à la baisse.

Lire aussi: Crise de l'énergie: 2023, sors-nous de là!

En clair, on est probablement au pic de l'inflation (ou pas loin) et les prix devraient diminuer dans les prochains mois. Changer de fournisseur alors que l'hiver n'est pas terminé pour avoir l'esprit tranquille chez Luminus risque d'être, en réalité, une mauvaise affaire. Test-Achat résume la situation: "On espère que d’autres fournisseurs suivront. Mais il ne faut pas prendre ce contrat à n’importe quel prix. La différence avec les contrats variables doit être raisonnable, sinon cela n’en vaut pas la peine. Le marché est dans une tendance baissière. Il ne faut pas se ruer et garder le réflexe de comparer".

Lire aussi: Augmentation des coûts des fournisseurs d'énergie: la Creg lance une enquête

Sur le même sujet
Plus d'actualité