Échange, revente, don: que faire avec un cadeau de Noël dont on ne veut pas?

Vous voulez vous séparer d'un cadeau raté? Plusieurs options s'offrent à vous et de nombreux sites de revente existent pour répondre à toutes les attentes.

Cadeaux de Noël
Des cadeaux de Noël ©BelgaImage

C'était prévisible et apparemment, ça se confirme: avec l'inflation, le nombre de reventes de cadeaux de Noël est en augmentation cette année. C'est en tout cas que semble indiquer Rakuten France, qui remarquait à 15h ce 25 décembre que le nombre d'annonces avait augmenté de 8% par rapport à 2021 à la même heure. Un pourcentage qui correspond exactement à ses prévisions, prédites par un sondage Ipsos fin novembre. Certains autres sites ne bénéficient pas de la même tendance, comme eBay France qui avait fait mieux en 2020 et 2021, mais ce qui est clair, c'est que beaucoup de monde revend ses cadeaux à peine après les avoir reçus. La question, c'est de savoir qu'en faire. Certains peuvent être échangés en magasin mais pas tous. D'autres sont plus destinés à la revente, mais encore faut-il savoir quels sites sont les plus adaptés pour cela. Enfin, d'autres préfèreront les donner et faire du troc. On fait le topo sur ce qu'il est possible de faire et comment.

Renvoyer au magasin

Évidemment, le plus simple, c'est de ramener le cadeau au magasin et de récupérer l'argent. Un échange qui requiert généralement un ticket de caisse, en espérant qu'il accompagne avec le cadeau. Si vous ne l'avez pas, ne baissez pas forcément les bras! Test-Achats précise que «toute autre preuve de paiement» peut faire l'affaire, «tel un extrait de compte de la carte bancaire que l'on a utilisée pour cet achat, ou encore un enregistrement sur la carte de fidélité de ce magasin».

Reste que dans l'absolu, il faut que le commerçant soit coopératif. Il n'existe aucune obligation légale pour que celui-ci consente de reprendre son produit, même avec une facture. Le fait que ce soit Noël n'y change rien. Si la demande est acceptée, ce n'est que par pur geste de «politique commerciale». Il n'empêche, toute une série de magasins le font quand même, à condition que ce retour se fasse rapidement. Les cadeaux achetés sur internet ne peuvent par exemple être renvoyés que pendant 14 jours après réception de la commande (attention, pas sous le sapin!). C'est le cas de la Fnac notamment. Il faut en plus que le produit soit en parfait état. Enfin, Test-Achats ajoute que certains achats sont définitifs et ne peuvent être échangés, comme les biens périssables (journaux hors abonnement compris), les biens scellés ayant été ouverts, réalisés sur-mesure, etc.

Revendre

Si vous ne pouvez pas échanger votre cadeau en magasin, vous pouvez toujours le revendre, question d'en tirer quand même quelque chose. Le premier réflexe, ce sont les sites «généralistes» où il est possible de mettre un peu tout et n'importe quoi (eBay, Rakuten, 2ememain.be, StockX). Certains font de même mais sur Facebook Marketplace. Il suffit d'une bonne photo, de préciser que le produit est neuf (lorsque c'est le cas) et le tour est joué!

D'autres préfèreront se tourner vers des sites spécialisés. Au rayon vêtements, on ne présente plus Vinted mais il n'y a pas que le géant lituanien sur ce marché. On trouve aussi le Britannique Depop, très orienté vers les plus jeunes, et le Français Revoled (anciennement Ethic2hand), tourné vers les vêtements qualitatifs et éthiques. Dans le haut de gamme, il existe également Vestiaire Collective et Videdressing.

Un autre cadeau répandu à Noël, c'est la carte-cadeau. Chez nos voisins Français, Ipsos a estimé que 34% de la population était séduite par l'idée d'offrir ça pour les fêtes de fin d'année. Le souci, c'est que chaque année, 20% de ces cartes ne sont jamais utilisées, selon Freemiumplay (une entreprise spécialisée dans les cartes-cadeaux) et Placedescartes.fr (qui aide les salariés à les utiliser). Autant donc les revendre et là aussi, il existe des sites. On trouve par exemple PlaceDesCartes et SleepingMoney, qui permettent de proposer ces cartes à prix réduits.

À lire: Le marché de l’occasion explose : quels sont les pièges à éviter?

Pour les smartphones, il existe une application belge qui compte tourner à plein régime avec Noël: ObyO (One by One pour les intimes). Il ne s'agit pas vraiment d'y revendre son nouveau téléphone mais plutôt son ancien. Le fonctionnement est similaire à Vinted et l'idée ici, c'est que l'entreprise rachète le portable pour le faire reconditionner. Celui-ci est d'abord évalué en ligne puis une proposition de prix est faite. Si l'offre est acceptée, une vérification de visu est faite puis l'échange est réalisé.

Citons aussi toute une série d'autres sites pour des produits divers et variés. Il y a Momox pour la culture (CD, DVD, musique, jeux-vidéo, livres), Viagogo et TicketSwap pour les places d'événements (concerts, sport, théâtre), Beebs pour les produits pour enfants, Backmarket pour l'électronique, etc.

Troquer ou donner

Moins connue que la revente, il y a aussi le troc. En Belgique, l'application Merciki permet de mettre en relation des personnes qui s'échangent directement leurs biens (tout comme des services). Côté français, il existe un site spécifique pour échanger les cadeaux: Troc-Cadeaux.

Dernier débouché possible pour vos cadeaux de Noël: en faire don, tout simplement. Vous pouvez bien sûr les donner à vos connaissances, mais vous pouvez également l'offrir à une association. En Belgique, il y a notamment Oxfam et Les Petits Riens, qui se chargent de les revendre pour en recueillir les bénéfices. Citons aussi Res-sources, qui représente les entreprises sociales et circulaires du secteur de la réutilisation des biens et des matières.

À lire: Les Petits Riens ou l’asbl qui fait bien plus que revendre des vêtements

Sur le même sujet
Plus d'actualité