Inflation, pouvoir d’achat, croissance : à quoi doit-on s’attendre en 2023?

L'inflation va-t-elle baisser en 2023? La croissance va-t-elle repartir à la hausse? On fait le point sur la situation économique de notre pays.

Le tarif social pour l'électricité et le gaz en hausse en janvier
© Unsplash

Inflation, récession, hausse des taux de la BCE… Selon Belfius, l’année 2022 est à marquer dans les livres d’histoire : « Nous avons eu de grosses surprises cette année. L'inflation a augmenté mois après mois et les taux d'intérêt ont également fortement augmenté. La population l’a ressenti au niveau du portefeuille », explique la banque à Het Laatste Nieuws.

Inflation

A la sortie du dernier confinement, l’économie belge a connu une reprise majeure qui a entrainé une très forte demande de la part des consommateurs en 2021 et 2022. Les entreprises n’ont cependant pas su y répondre, ce qui a provoqué une augmentation rapide des prix.

Puis, la guerre en Ukraine est passée par là. Les prix de l’énergie et des matières premières ont alimenté l’inflation qui est actuellement de 10,6% en Belgique.

A lire aussi : Inflation : voici les produits qui ont le plus augmenté dans vos supermarchés

Qu’en sera-t-il en 2023 ? « Nous nous attendons à ce que l'inflation dans la zone euro atteigne un minimum de 5,5 % l'année prochaine. La faiblesse de l'euro continue d'alimenter l'inflation importée et les coûts salariaux continuent également d'augmenter. Nous sommes donc encore loin du taux d'inflation de 2% fixé par la BCE », explique Belfius.

L’économiste Bruno Colmant, prévoit lui une inflation entre 5 et 7% pour 2023: «Les prix vont un peu baisser, l’inflation va se calmer. Mais ce n’est pas parce que l’inflation est moins forte que les prix vont baisser. Cela signifie qu’ils vont augmenter moins rapidement qu’actuellement », a-t-il déclaré à Sudinfo.

Croissance

L’inflation élevée et la baisse de confiance des consommateurs ont pesé lourdement sur la croissance au second semestre de 2022. En conséquence, celle-ci a chuté à -0,1% au troisième trimestre puis à -0,4% au quatrième trimestre. En 2023, la Belgique, à l’instar de la zone euro, entrera donc en récession.

Selon les estimations, l’incertitude et la contraction de l’activité économique feront baisser la croissance du taux d’emploi de 1,8% en 2022 à 0,3% en 2023. Le taux de chômage augmenterait alors à nouveau en Belgique, passant de 5,8% en 2022 à 6,4% en 2023.

A lire aussi : La Belgique va entrer en récession : causes, conséquences, durée… Voici ce que cela implique

Il est difficile de prévoir quand la croissance repartira à la hausse. " L’incertitude reste exceptionnellement élevée " en raison de l’évolution " imprévisible " de la guerre, indiquait en novembre le commissaire européen à l’Economie, Paolo Gentiloni.

Mais selon les prévisions de la Commission européenne, la croissance économique stagnera au premier trimestre 2023 (+0,0 %), pour se redresser légèrement à partir du deuxième trimestre. Sur l’ensemble de l’année 2023, la Commission prévoit pour la Belgique une croissance de 0,2 %, qui passera à 1,5 % en 2024.

En résumé

La Belgique se dirige donc vers une légère récession en 2023 avec une croissance négative attendue au premier trimestre. L’inflation devrait baisser mais aura toujours un impact conséquent sur le pouvoir d’achat des ménages. Et selon Belfius, l’indexation automatique des salaires ne sera pas suffisante pour compenser cette hausse des prix.

En matière d’emploi, la banque se veut toutefois rassurante : « L'emploi continue de croître. Il reste difficile pour les entreprises de pourvoir les postes vacants, alors elles veulent garder leurs employés à bord, éventuellement par le biais du système de chômage temporaire ».

A lire aussi : Les supermarchés 15,3 % plus chers qu’il y a un an : voici comment faire baisser votre ticket de caisse

Sur le même sujet
Plus d'actualité