Comment les sapins de Noël affectent votre santé mentale

Des scientifiques affirment que les sapins de Noël ont un réel effet sur notre bien-être mental, mais avec quelques nuances.

Sapin de Noël à Windsor
Des décorations posées sur un sapin de Noël au château de Windsor, le 24 novembre 2022 ©BelgaImage

Noël n’arrivera que dans un mois mais dans les maisons, les sapins commencent déjà à décorer les intérieurs. Une aubaine pour la Wallonie, deuxième acteur européen sur ce marché après le Danemark, qui commence à écouler son stock, dont 80% partiront à l’étranger. Ces dernières années, le calendrier des ventes a eu tendance à commencer de plus en plus tôt. C’est ce que constatent des pépiniéristes interrogés par la RTBF qui s’inquiètent même de ce phénomène. "Avec la chaleur de la maison, on ne pourra pas le garder jusqu’au début de janvier", confient-ils à la télévision publique. Et pourtant, cette demande précoce peut se justifier d’une certaine manière, puisqu’elle pourrait améliorer notre bien-être. C’est en tout cas ce que constatent plusieurs scientifiques. Mais attention: un sapin n’est pas un autre et n’a pas toujours le même effet sur notre santé mentale!

Le Nordmann, pas le meilleur choix

Au Royaume-Uni, les effets du sapin de Noël sur notre cerveau ont notamment été étudiés par Birgitta Gatersleben, maître de conférences en psychologie environnementale à l’Université de Surrey. En 2014, elle rédige un article sur le sujet et en conclut que la présence d’un tel arbre chez soi apportent bel et bien des effets bénéfiques. Pour cause: l’exposition à un environnement naturel réduit le stress et la fatigue mentale. Avoir un sapin chez soi permet de reproduire ce sentiment.

À lire: Le traditionnel sapin de Noël a été installé sur la Grand-Place de Bruxelles (photos)

Elle précise toutefois que tous les types de sapins ne se valent pas. Seuls ceux naturels permettent de produire ce type d’effet, pas ceux artificiels. "C’est en effet la profondeur de la couleur des vrais arbres et l’odeur qui attirent vraiment les gens, ainsi que l’idée qu’ils sont vivants" à une période de l’année où la végétation extérieure a perdu son éclat, explique-t-elle. Acheter un sapin artificiel représenterait donc une mauvaise idée de ce point de vue-là.

Autre nuance à apporter: même parmi les espèces naturelles, certains auraient plus d’effets que d’autres. Selon Birgitta Gatersleben, l’épicéa commun (Picea abies) est par exemple préférable au bon vieux Nordmann. Il perd beaucoup plus facilement ses épines mais en contrepartie, son odeur est plus forte et aiderait à se détendre. Une mauvaise nouvelle pour les producteurs puisque "le Nordmann représente plus de 75 % des ventes (et donc des cultures) contre 15 % pour l’épicéa classique", explique à La Libre Jonathan Rigaux, président de l’Union Ardennaise des Pépiniéristes – Centre pilote sapins de Noël (U.A.P – C.P.S.N.).

À lire: Sapins de Noël: comment la Belgique est devenue 2e exportatrice européenne

Acheter son sapin tôt, une bonne idée?

Dans la même lignée que Birgitta Gatersleben, d’autres scientifiques affirment qu’installer un sapin chez soi est bénéfique, voire avec des effets encore plus importants en cas d’achat précoce. C’est la position tenue par le psychanalyste Steve McKeown lors d’une interview au média britannique Unilad. Selon lui, si les gens veulent acheter rapidement un sapin, c’est notamment pour retrouver cette nostalgie de Noël. "Dans un monde rempli de stress et d’anxiété, les gens aiment voir des choses qui les rendent heureux, et les décorations de Noël évoquent ces sentiments forts de l’enfance. Les décorations sont tout simplement une passerelle vers ces émotions magiques de votre enfance. En installant les décorations plus tôt, vous prolongez ces sentiments d’excitation", juge-t-il.

Mais pour se procurer ce fameux arbre, il faut évidemment payer. Comptez près de 30-50€ pour un exemplaire. Cette année, ce prix devrait d’ailleurs tendre vers le haut avec l’inflation qui met déjà beaucoup de pression sur les ménages. Dans ce contexte anxiogène, voir des décorations de Noël fleurir aussi précocement peut à l’inverse accentuer le stress ambiant, comme l’affirme Janelle S. Peifer, professeure adjointe de psychologie à l’Université de Richmond. "Les gens peuvent se demander : ‘Suis-je en retard sur la préparation des vacances ? Est-ce que je me laisse tomber moi-même ou ma famille d’une manière ou d’une autre (en n’achetant pas tout de suite ces décorations, ndlr) ?", explique-t-elle au média de santé Healthline. Plusieurs enquêtes réalisées aux USA (notamment par la société Coinstar et le fournisseur de soins de santé Sesame) ont montré que les achats de Noël constituaient un des principaux facteurs de stress à la fin de l’année.

Un sapin ou une autre plante?

En résumé, il ne faut pas se mettre de pression quant à l’obtention d’un sapin de Noël. Au-delà de cet aspect, si vous ne voulez pas en acheter un (notamment pour des raisons écologiques), Birgitta Gatersleben insiste bien sur le fait que les plantes d’intérieur jouent le même rôle apaisant, du moins tant que leur feuillage est persistant. Vous pouvez donc vous en servir pour remplacer le traditionnel sapin et y placer vos décorations. Il n’y aura peut-être pas exactement la même nostalgie qu’avec un sapin, mais l’effet est réel.

À lire: En chiffres: les dépenses de Noël

D’autres scientifiques partagent ce même avis. "Les gens ont tendance à faire preuve de plus de compassion en présence de plantes vivantes dans la maison", explique par exemple à CNN Charlie Hall, professeur au département des sciences horticoles de la Texas A&M University. Mais il précise aussi: dans cette perspective, "les arbres de Noël font l’affaire bien sûr".

Sur le même sujet
Plus d'actualité