Hausse des intoxications au CO en raison de la crise de l’énergie : comment l’éviter?

Avec la crise de l'énergie, les intoxications au monoxyde de carbone (CO) ont augmenté. Voici les bons gestes à appliquer pour l'éviter.

Voici comment éviter les intoxications au monoxyde de carbone
Les intoxications au CO augmentent © Pexels

Fin octobre, les intoxications au monoxyde de carbone (CO) avaient déjà coûté la vie à 60 personnes en Belgique cette année, soit le double du bilan des années passées. " ‘En 2019, 29 personnes avaient perdu la vie après une intoxication au CO. Cette année, ce chiffre a déjà doublé. Cela m’inquiète d’autant plus que je crains que la crise énergétique va davantage encore se faire ressentir" , déplore la ministre des Petra De Sutter.

Le directeur général adjoint du centre antipoison, Dominique Vandijck, avance qu’en raison de la flambée des prix du chauffage, les gens n’ouvrent plus les portes et fenêtres lorsque le chauffage est en route. Ils vont en outre essayer de minimiser les coûts en " réduisant leur consommation, utilisant des carburants bon marché, négligeant les entretiens nécessaires et en évitant de remplacer les appareils défectueux ou en les remplaçant par des appareils de seconde main peu sûrs, ce qui accroit le risque d’exposition au CO" , détaille-t-il.

Les signes d’une intoxication

Les signes d’une intoxication au CO sont souvent peu marqués et donnent souvent lieu à un grand nombre de faux diagnostics de grippe, de gastro-entérites ou d’autres affections bénignes. En effet, ce type d’intoxication se caractérise par des maux de tête, des vertiges, des nausées, des vomissements, une fatigue persistante, un trouble de la vision, de l’odorat, des troubles du sommeil, de la mémoire, de l’attention… De nombreux symptômes qui peuvent être rencontrés à des fréquences variables. Voici pourquoi il est important de prévenir l’intoxication et de rester vigilant.

A lire aussi : Énergie: voici les 10 appareils qui consomment le plus dans votre foyer

Comment l’éviter ?

Il est important d’adopter les bons gestes, pour réduire les risques d’intoxication. Avec l’hiver qui arrive, ces derniers augmentent en raison de l’utilisation des appareils de chauffage. Les appareils qui utilisent des combustibles pour la production de chaleur ou de lumière (comme le gaz, le bois, le charbon, le fuel, le butane, le propane, l’essence, etc.) représentent tous un risque.

Il est donc important, avant l’hiver, de faire systématiquement vérifier et d’entretenir vos installations de chauffage et de production d’eau chaude, ainsi que les conduits de fumée (ramonage mécanique) par un professionnel.

N’oubliez pas d’aérer quotidiennement votre habitation, au moins 10 minutes par jour, et de maintenir vos systèmes de ventilation en bon état. N’obstruez jamais les entrées et les sorties d’air !

Il est aussi primordial de respecter les consignes d’utilisation des appareils à combustion. Par exemple, il convient de ne jamais faire fonctionner son chauffage d’appoint en continu.

Faites également installer un détecteur de monoxyde de carbone. On en trouve dès 25 euros dans le commerce.

Réagir rapidement

Dès les premiers signes d’une intoxication au CO, agissez rapidement. La ministre De Sutter rappelle cette mise en garde : " Quand vous êtes à l’intérieur avec un mal de tête, de la nausée ou des vertiges, aérez la maison et téléphonez au Centre antipoison. Les morts d’une intoxication au monoxyde de carbone perdent souvent conscience durant leur sommeil ".

Enregistrer le numéro du Centre antipoison (070/245.245) dans votre téléphone : " Cela peut sauver des vies ", ajoute la ministre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité