Primes énergie : voici l’impact moyen des aides du fédéral sur vos factures de gaz et d’électricité

L’économiste Philippe Defeyt a calculé que l’intervention de 196 euros sur le gaz et l’électricité octroyée par le gouvernement fédéral ne couvrait en moyenne que 16% de la facture énergétique annuelle des ménages.

Primes gaz et électricité : voici l’impact moyen des aides du fédéral sur votre facture d’énergie
Selon Philippe Defeyt, ces aides fédérales ont un impact nettement inférieur à la protection conférée par le tarif social @BELGAIMAGE

On craignait un moment que son entrée en vigueur ne soit retardée. L’intervention forfaitaire de 196 euros sur la facture d’énergie a finalement été votée en fin de semaine dernière par la Chambre. Sauf si son implémentation met plus de temps que prévu (celle-ci nécessite en effet des adaptations administratives de la part des fournisseurs), la ristourne octroyée par le gouvernement fédéral devrait bien être appliquée dès la facture d’acompte du mois de novembre.

Une bonne nouvelle, en tout cas pour les Belges qui peuvent prétendre à ce "paquet énergie à prix réduit" . Pour rappel, si vous avez conclu un contrat d’énergie fixe ou variable après le 1er octobre 2021 et que vous ne bénéficiez pas du tarif social élargi, vous pourrez compter sur une réduction de 61 euros par mois pour l’électricité et de 135 euros par mois pour le gaz. Et ce, durant cinq mois, de novembre à mars.

À lire aussi : Serez-vous taxé sur l’aide " énergie " de 392 euros?

Un coup de pouce, qui sans être négligeable, couvrirait toutefois moins d’un cinquième de la facture énergétique totale des ménages. Ce sont en tout cas les conclusions de Philippe Defeyt présentées dans une note de l’Institut pour un développement durable (IDD). Selon les calculs de l’économiste, si les prix observés en octobre pour l’électricité et le gaz devaient rester les mêmes pendant 12 mois, les aides fédérales couvriraient en moyenne 16, 4% de la facture énergétique annuelle des Belges.

Un tout petit coup de pouce par rapport au tarif social

Pour son calcul, Philippe Defeyt s’est basé sur une consommation moyenne moyenne de 3500 kWh d’électricité et de 17.000 kWh de gaz, par an et par ménage. Ces 3500 kWh d’électricité coûteraient au consommateur standard 2425 euros, auxquels il faut retrancher 305 euros de prime ( 61 euros x5 mois), soit 2210 euros. Pour le gaz, une consommation annuelle de 17.000 kWh coûterait à un consommateur moyen 3564 euros pour 12 mois. Moins les 675 euros de prime énergétique fédérale (5 x 135 euros), la facture redescendrait à 2889 euros.

Au total, les aides fédérales atteindraient donc en moyenne 980 euros, sur une facture énergétique annuelle de 5989 euros. Soit 16,34% de prise en charge par le fédéral. Comme le rappelle la note, ceci reste une estimation puisque "la part de la facture finale d’un consommateur donné qui sera couverte par ces primes dépendra bien évidemment d’une situation à l’autre, suivant le contrat choisi et son mécanisme d’indexation".

À lire aussi : Crise de l’énergie: tout ce qu’il faut savoir sur le tarif social et son élargissement

Selon l’économiste, ces aides fédérales ont un impact nettement inférieur à la protection conférée par le tarif social. Sur base des calculs ci-dessus, Philippe Defeyt estime en effet qu’un consommateur au tarif social économiserait 3.500 euros ( !) par rapport à un consommateur touchant le "paquet énergie à prix réduit".

Voilà pourquoi l’économiste, jugeant que les aides fédérales ne sont pas suffisamment ciblées, a plaidé ces dernières semaines pour une extension du tarif social à ceux qui en ont le plus besoin

Sur le même sujet
Plus d'actualité