Énergie: faut-il remplacer son chauffage au gaz par… la climatisation?!

Pour chauffer une pièce, un climatiseur réversible peut s'avérer plus efficace qu'un chauffage au gaz, mais attention à ne pas tomber dans certains pièges.

Climatiseur
Un climatiseur paramétré sur 21°C dans une habitation ©BelgaImage

Avec l’approche de l’hiver, les astuces pour épargner de l’argent se concentrent sur le poste le plus énergivore de la vie des ménages: le chauffage. C’est en ce sens que plusieurs médias ont déniché une combine surprenante: oui, il est possible d’économiser en se chauffant non pas au gaz… mais avec la climatisation! Un conseil qui paraît contrintuitif mais qui est pourtant véridique. Explications.

Une climatisation étonnamment efficace

Avant la crise énergétique actuelle, c’était le chauffage au gaz qui était promu. Puisqu’il était bon marché, des primes encourageaient même l’installation d’appareils au gaz. Mais avec la guerre en Ukraine, cela tend à changer. Certes, encore aujourd’hui "l’électricité coûte souvent 2,5 à 3 fois plus cher que le gaz", constate pour la VRT Stijn Verbeke d’EnergyVille/VITO, mais il ajoute que l’efficacité d’un chauffage au gaz est bien moins élevée que celle de la climatisation. "Grâce à un climatiseur, avec un kilowattheure d’électricité, vous pouvez générer en moyenne 2,5 à 3 kilowattheures de chaleur. Avec un kilowattheure de gaz naturel, vous ne créez en moyenne que 0,9 kilowattheure de chaleur dans une chaudière à condensation, voire encore moins avec de vieilles chaudières". Autrement dit, le prix élevé de l’électricité est compensé par cette plus grande production de chaleur via la climatisation.

Stijn Verbeke ne promet pas de miracle et estime que "cela ne fait pas beaucoup de différence pour votre portefeuille", "à moins, bien sûr, que vous puissiez réduire le coût de l’électricité". Reste que si vous avez le choix entre chauffage au gaz et climatisation, le deuxième peut être préférable. "De manière générale, la climatisation est plus économique lorsque le prix que vous payez pour un kilowattheure d’électricité est inférieur à 2,5 fois le prix d’un kilowattheure de gaz naturel".

La Dépêche du Midi fait le même type de constat en comparant climatiseur réversible et chauffage classique à l’électricité. En citant TotalEnergies, le journal régional français rappelle que le premier "consomme en moyenne 25 à 40 % en moins" que le second. Cela coûte plus cher à l’achat, mais les bénéfices se font sentir après.

À lire: Prix de l’énergie: le chauffage d’appoint pour faire des économies, une fausse bonne idée?

Des précisions qui peuvent tout changer

Ces constats doivent toutefois être tempérés avec quelques nuances. Stijn Verbeke juge que la climatisation est à privilégier pour chauffer une pièce, pas toute une maison, et ce durant la mi-saison. "Lorsque la température extérieure descend sous le point de congélation, l’efficacité d’un climatiseur chute rapidement. Vous chaufferez alors moins cher avec du gaz naturel", constate-il. Il rappelle aussi que la climatisation est surtout plus intéressante que le gaz si on bénéficie de panneaux solaires, surtout en consommation directe (pas en prosumer) et lorsque le soleil brille suffisamment pour les faire fonctionner un maximum.

À lire: Un pot de fleurs et des bougies pour faire des économies de chauffage? Un " dangereux canular "

La Dépêche du Midi ajoute pour sa part qu’il faut veiller à plusieurs critères lors de l’achat de son climatiseur réversible. Il faut notamment regarder à la puissance de l’appareil, à sa dimension pour couvrir toute une pièce, ou encore à son coefficient de Performance Saisonnier (SCOP) qui doit être élevé pour être le moins énergivore possible. "Une climatisation, avec un SCOP de 4, restitue 4 kWh de chaleur par kilowattheure d’électricité consommé. Ce qui signifie que sur les 4 kWh restitués, seul 1 kWh sera facturé. Il est donc possible de réaliser jusqu’à 75 % d’économies par rapport à un appareil électrique qui va restituer 1 kWh par kWh consommé", explique TotalEnergies, qui ajoute qu’un climatiseur consomme moins en mode chauffage qu’en mode refroidissement. Le géant énergétique confirme par ailleurs que cette méthode peut surtout servir comme chauffage d’appoint, pas pour chauffer toute une maison. "À noter qu’en dessous de -15 °C, le système de climatisation cesse de fonctionner", conclut la Dépêche du Midi.

Sur le même sujet
Plus d'actualité