Face à la crise : faut-il vraiment acheter moins cher pour s’en sortir ?

Pièges et gestes malins, nos tests comparatifs dans le dossier de la semaine.

un homme fait ses courses
Près de la moitié des Belges affirment que leur situation financière s’est dégradée lors du dernier semestre. © Adobe Stock

En période de crise, acheter le produit le moins cher est quasi un réflexe, mais la démarche devrait être plus réfléchie. Enlevons-nous d’abord une illusion. Même si ses prix baissent, l’énergie coûtera à l’avenir davantage qu’en 2021. Et quand l’inflation sera maîtrisée, il ne faut pas rêver de prix écrasés au pays de l’indexation (nos salaires ne peuvent être diminués). Dès lors, faut-il retarder ses achats importants? Peut-on se contenter d’une alimentation moins exigeante? Doit-on adapter notre usage du rapport qualité-prix?

À partir d’analyses de spécialistes et de comparaisons expertes, nous avons parcouru les “bonnes” questions à se poser et dressé des avis circonstanciés et des listes notées dans des domaines majeurs de la consommation (vêtements, meubles, cosmétiques, alimentation, électroménager, etc.). On peut se réjouir de voir notre nourriture sérieusement contrôlée, même quand elle n’est pas issue du circuit bio-chérot (avec des prix parfois difficilement justifiables). C’est moins vrai pour les produits technologiques. Certaines marques sont à la hauteur de leur réputation de fiabilité. D’autres fonctionnent comme cette bonne vieille blague des Guignols de l’info à propos d’Apple: “Nous c’est la pomme, vous c’est les poires”. Consommateurs, à vous de lire, à vous de choisir et d’agir.

À lire aussi : Le cri d’alarme des boulangers face à la crise de l’énergie : " le pire est sans doute à venir "

Sur le même sujet
Plus d'actualité