Pourquoi le chèque énergie de 196 € est menacé pour novembre

Les nationalistes flamands cherchent à gagner en visibilité. Tant pis pour la crise. Le duel entre la Vivaldi et la N-VA.

Vivaldi vs N-VA ©BelgaImage
Vivaldi vs N-VA ©BelgaImage

La N-VA

Seconde lecture

La semaine dernière, la N-VA a demandé une seconde lecture du texte de loi prévoyant le paquet énergie à prix réduits. Cela menace l’entrée en vigueur de l’aide de 196 euros pour les ménages dès le mois de novembre, car le réexamen du texte doit avoir lieu 15 jours après la demande.

Un process trop lent

Il est en théorie impossible que la mesure soit prête pour le 1er novembre. Ensuite, le texte doit encore passer en séance plénière. Bref, à moins d’une concrétisation vers mi-novembre, mais il faudra alors trouver un moyen de compenser les Belges qui reçoivent les factures en début de mois, ce sera trop court pour le mois de novembre.

Justification de l’opposition

Le chef de groupe de la N-VA, Peter De Roover, a justifié la demande de son parti sur Twitter. Il regrette “les maladresses juridiques de la majorité nécessitant une opposition attentive. La Vivaldi a modifié le texte en raison d’accrocs. Un contrôle supplémentaire est donc nécessaire”.

En quête d’un nouveau souffle

“La N-VA ne peut actuellement surfer sur les deux sujets qui lui sont chers: le communautaire et la sécurité ou la migration. Le parti tente alors d’avoir de la visibilité. Demander une seconde lecture sur un dossier médiatique est une manière d’exister publiquement”, analyse pour Moustique le politologue Pierre Vercauteren.

À lire aussi : Vers un autre chèque énergie à partir de septembre?

La Vivaldi

Lecture en urgence

La majorité parlementaire a réclamé une “lecture en urgence” qui prendrait une semaine au lieu de deux afin que le chèque soit bien attribué. Même avec une telle procédure, il semble toutefois difficile de faire adopter définitivement la loi avant le 1er novembre.

Une double prime pour Noël

Certes, le 16 affirme que “cette prime serait versée pour cinq mois à partir de novembre, on en reste là, ce n’est pas en cause, le Parlement accélérera s’il le faut”. Selon Sudinfo, l’idée d’octroyer aux ménages une double prime, soit 392 euros, en décembre est toutefois une option considérée actuellement par la Vivaldi, plus fataliste en coulisse.

De mauvais arguments

Selon le politologue Pierre Vercauteren, ce jeu politique de la N-VA s’explique difficilement: “Une demande de seconde lecture n’est pas exceptionnelle, mais cela doit pouvoir se justifier avec de bons arguments auprès de l’opinion publique,. Cela ne semble pas être le cas ici, car les ménages attendent cette aide avec impatience”.

Une majorité plus forte

Si la N-VA ressort affaiblie de cette histoire, la Vivaldi pourrait-elle se renforcer? “D’autres dossiers restent sensibles”, nuance d’abord le politologue, qui ajoute: “Si la Vivaldi parvient à compter sur ses parlementaires et à concrétiser cette prime rapidement, ce sera un bon signal”.

Sur le même sujet
Plus d'actualité