"On est de tout cœur avec eux" : Jamel Debbouze prend position en faveur des grévistes chez Total

«On est le cul entre deux chaises, mais on est solidaires», a jugé l’humoriste sur TMC, à propos du bras de fer engagé entre TotalEnergies et ses travailleurs.

« Quand on voit les profits d’une entreprise comme Total, quand on voit afficher ses profits, on se dit que c’est naturel de partager », a jugé Jamel Debbouze
« Quand on voit les profits d’une entreprise comme Total, quand on voit afficher ses profits, on se dit que c’est naturel de partager », a jugé Jamel Debbouze @BELGAIMAGE

Depuis plusieurs jours, près de 30 % des stations essence de l’Hexagone sont dans une situation critique. De nombreux salariés de Total Énergies et ExxonMobil bloquent les raffineries, alors que leurs demandes d’augmentation des salaires n’aboutissent pas, malgré les négociations.

Lundi, l’humoriste Jamel Debbouze était l’invité de Yann Barthès dans l’émission Quotidien, diffusée sur TMC. Venu faire la promotion du film Le Nouveau Jouet (sortie prévue le mercredi 19 octobre en Belgique), Jamel s’est confié sur la situation actuelle en France.

À lire aussi : Dans les coulisses de la rébellion contre Total :"Nous avons tous des pseudos"

"Dans les années 1970, ou encore à l’époque où j’étais en mesure de comprendre, quand j’étais à Trappes, il y avait une vraie misère. Mais j’ai le sentiment qu’elle est plus profonde aujourd’hui" a-t-il affirmé face à Yann Barthès. Interrogé sur la taxation des superprofits par l’animateur, le créateur du Marrakech du Rire a répondu : "On a l’impression qu’il y a des gens qui sont de plus en plus riches et on a le sentiment qu’il y a un manque de considération. (…) Quand on voit les profits d’une entreprise comme Total, quand on voit afficher ses profits, on se dit que c’est naturel de partager".

Au deuxième trimestre 2022, TotalEnergies a en effet a plus que doublé son bénéfice net, à 5,7 milliards de dollars. Fin septembre, le géant des hydrocarbures annonçait le versement d’un dividende exceptionnel de 2,62 milliards d’euros à ses actionnaires.

Toujours sur le plateau de Quotidien, Jamel Debbouze a ensuite poursuivi : "On est tous vraiment vénère de faire la queue [devant la pompe à essence, ndlr], mais on comprend aussi la situation de ces salariés et on est de tout cœur avec eux. On est le cul entre deux chaises, mais on est solidaires", a-t-il conclu.

Une prise de position rare et à souligner, alors que les grévistes sont critiqués par une partie de la population française. Selon un sondage commandé par BFTMTV, 49% des Français seraient ainsi hostiles à la mobilisation interprofessionnelle organisée par les syndicats ce mardi.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité