Facture énergétique: pour faire des économies, faut-il privilégier le télétravail ou aller au bureau?

À l’approche de l’hiver et vu la crise énergétique, ne vaut-il pas mieux réduire sa facture de gaz et d’électricité en se déplaçant jusqu’au bureau, malgré les prix très élevés des carburants?

Selon une enquête, plus d’un Belge sur deux prévoirait de retourner davantage au bureau cet hiver pour faire face à la flambée des prix de l’énergie
Selon une enquête, plus d’un Belge sur deux prévoirait de retourner davantage au bureau cet hiver pour faire face à la flambée des prix de l’énergie @BELGAIMAGE

Le week-end passé, Thomas Leysen, patron d’Umicore, a indiqué que son entreprise allait demander aux employés de télétravailler un jour par semaine, et ce, le vendredi. "Comme cela, nous pourrons avoir trois jours sans chauffage" (soit le vendredi, samedi et dimanche), a précisé Thomas Leysen. Objectif affiché ? Réduire la demande en gaz ou électricité, afin de faire baisser les prix. Mais également (et surtout), diminuer la facture énergétique d’Umicore. À en croire la RTBF, Ethias suit depuis mai la même politique, en fermant le lundi ses bureaux liégeois.

Sur le papier, d’autres entreprises pourraient également être tentées, via le télétravail, d’économiser sur leurs coûts énergétiques. Notons toutefois que celui-ci ne peut être décidé sans l’aval du travailleur et doit être organisé dans une convention collective de travail et/ou dans une annexe au contrat de travail, comme le rappelle l’Echo.  Or, pas certain qu’à l’autre bout de la chaine, les employés soient décidés à rester davantage à la maison.

Des dizaines (voire des centaines) d’euros économisés par mois?

Selon une enquête récente commandée par IWG, entreprise spécialisée dans les bureaux flexibles, plus d’un Belge sur deux prévoirait en effet de retourner davantage au bureau cet hiver pour faire face à la flambée des prix de l’énergie. Une journée au bureau, c’est en en effet de l’énergie économisée à la maison, en chauffage mais également en éclairage (surtout en hiver). Si le travail à domicile engendre de tout temps une augmentation de la consommation d’énergie d’un ménage, la note risque d’être plus salée dans les prochains mois que lors des hivers passés en confinement.

Wikipower, une société qui établit des comparatifs de prix sur l’énergie, prédit une surcharge comprise entre 22 et 34 euros mensuels pour un Bruxellois ou un Wallon qui télétravaillerait à temps plein.

Pour De Tijd, le coût actuel du télétravail est même plus élevé. Pour ce mois de septembre 2022, le quotidien estime qu’une journée de travail à la maison revient à 10,58€ pour un travailleur flamand, soit 8,20 € en frais de chauffage et 2,38 € d’électricité. Retourner full time au bureau permettrait alors d’économiser quelque 230€ par mois…

L’intervention financière de l’employeur n’est pas obligatoire

Actuellement, la convention collective 85 régissant le télétravail prévoit des interventions financières de l’employeur pour dédommager les frais de communication. Pour les frais de chauffage et d’électricité de l’employé en télétravail, rien n’est par contre obligatoire. "L’ONSS et l’administration fiscale admettent que l’employeur indemnise de manière plus importante le travailleur, mais dans l’absolu il n’y a pas d’obligation", expliquait à la RTBF l’avocat Noël Lambert. Laissée au bon vouloir de l’entreprise, cette intervention peut donc varier de 0 à 142,95€…

Or, même une indemnité maximale pourrait s’avérer une piètre consolation, si les chiffres avancés par la DH sont exacts. Selon le quotidien, un télétravailleur complet (5 jours par semaine) économiserait jusqu’à 1844 euros (!) rien que cet hiver en se rendant chaque jour sur son lieu de travail. Ceci, à condition de disposer d’un moyen de transport gratuit pour se rendre au bureau (à pied, voiture de société, etc.)

Tout le monde ne jouit toutefois pas d’un moyen de transport gratuit pour aller travailler (loin de là). Quand on dispose d’une voiture de société avec carte essence, le choix est vite fait. Il en va autrement lorsque les déplacements domicile-travail sont à notre charge. Le calcul sera dès lors personnel et dépendra de l’évolution du prix des carburants, du nombre de kilomètres parcourus, de la consommation de votre véhicule, ainsi que du nombre de jours de télétravail que vous prévoyez…

Sur le même sujet
Plus d'actualité