Prix de l’énergie: des milliers de Belges tentés par l’action symbolique "Coupe ton compteur"

Face à la flambée des prix des énergies, l’événement Facebook «Coupe ton compteur» appelle à brièvement couper son compteur électrique ce vendredi 23 septembre, pour interpeller fournisseurs et autorités.

Du côté d’Orès, on minimisait les risques potentiels sur le réseau de distribution/ image-prétexte
Du côté d’Orès, on minimisait les risques potentiels sur le réseau de distribution/ image-prétexte @BELGAIMAGE

26.000 personnes qui annoncent participer, 44.000 autres qui se tâtent… sur Facebook, l’événement public "Coupe ton compteur" prend de l’ampleur. Comme l’explique sur la page Manu Rochet, l’organisateur, l’objectif est d’interpeller les fournisseurs d’énergie et les autorités, alors que de plus en plus de ménages redoutent de ne pas pouvoir s’acquitter de leurs factures. Ceux-ci sont donc invités à couper leur compter électrique vendredi 23 septembre dans la soirée, pendant 45 minutes.

"Lorsque vous couperez votre compteur, n’oubliez pas de faire un petit selfie de vous aux chandelles, bougies, lampes de poche avec les Hashtag #CoupeTonCompteur et #BGOV afin de montrer votre mécontentement au gouvernement", indique la page.

Une manière, selon l’organisateur, de montrer que nous pouvons "tous ensemble (…) agir sur sur notre consommation", plutôt que d’inciter les citoyens à ne carrément pas payer leurs factures (un appel qu’a par exemple lancé au Royaume-Uni le mouvement " Don’t pay UK ").

"Conseils ridicules"

"Depuis plusieurs semaines, on reçoit de la part des autorités et des services publics beaucoup de conseils comme baisser le chauffage, mettre un pull, ou éteindre la lumière quand il fait jour. Ce sont des conseils ridicules. Les gens les appliquent depuis longtemps. C’est de là que m’est venu à l’idée de lancer une action tout aussi ridicule : couper son compteur électrique. C’est une action symbolique", a expliqué Manu Rochet à la RTBF.

Alors que de plus en plus de Belges semblent rejoindre l’événement, Manu Rochet a craint que cette action ait un impact négatif sur le réseau électrique. "À ce stade je ne sais pas quelles répercussions auront l’arrêt et le redémarrage d’autant de compteurs sur le réseau. Notre objectif n’est pas de détraquer le système, on veut juste envoyer un message suffisamment fort", s’est-il justifié dans l’Avenir.

Des problèmes locaux sur le réseau de distribution?

Du côté d’Orès, le gestionnaire de réseaux de distribution en Wallonie, on minimisait les risques potentiels. "L’impact sur le réseau de distribution sera limité, a indiqué à la RTBF Frédérique Boogaerts, porte-parole adjoint d’Orès. Néanmoins, des problèmes de tensions pourraient potentiellement arriver via des coupures de courant quand on se rebranche sur le réseau. Ces problèmes peuvent se poser dans certains quartiers. Si on prend une cabine de distribution dans un quartier qui dessert 20 habitations et que 15 personnes participent à l’action, on risque peut-être d’affecter l’ensemble des clients de la zone, participants ou non".

Pour éviter les risques de "surtensions" et de "blackout" sur le réseau, l’organisateur a donc appelé les participants à ne pas couper leur compteur au même moment. Tout en prévenant : "Nous sommes ici dans un premier temps dans une action symbolique. Nous verrons ce qu’il y a lieu de faire en cas d’absence de réaction des acteurs du secteur et du politique".

Sur le même sujet
Plus d'actualité