Prix de l’énergie: quelle température idéale dans votre logement pour concilier confort et économies?

Vous vous apprêtez peut-être à rallumer le chauffage, avec le retour de l’automne. Baisser la température de son logement est un des leviers préconisés pour faire face à la crise énergétique.

En Allemagne ou en France également, les 19°C sont préconisés pour concilier économies d’énergie et confort
En Allemagne ou en France également, les 19°C sont préconisés pour concilier économies d’énergie et confort @BELGAIMAGE

Les Européens devront mettre un pull de plus cet hiver. Face au chantage russe sur le gaz, les Vingt-Sept se sont accordés fin juillet sur un plan de réduction de la consommation, qui prévoit une baisse volontaire de 15% sur la demande en gaz à 1er août et pour huit mois, une mesure qui deviendrait obligatoire en cas de pénurie sévère de gaz en Europe. Et même si le gros de l’effort devrait en toute logique incomber aux entreprises et à l’industrie, les particuliers devront eux aussi apporter leur pierre à l’édifice.

Le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, conseillait ainsi aux ménages de "baisser d’un, deux ou trois degrés la température" du chauffage cet hiver. Chez nous, les autorités ont décidé de montrer l’exemple : parmi les très rares mesures concrètes du Codeco Energie de la fin août, la décision de fixer à 19 degrés la température maximale dans les bâtiments publics. En Allemagne ou en France également, les 19°C sont préconisés pour concilier économies d’énergie et confort.

19°C: plutôt une moyenne pour le logement tout entier

Outre-Quiévrain, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) estime que 19 degrés est la température idéale d’un logement pendant la journée pour n’avoir ni trop chaud ni trop froid, tout en limitant l’impact du chauffage sur la facture énergétique.

Mais attention, il ne s’agit pas d’une température à respecter pièce par pièce, mais plutôt d’une moyenne pour le logement tout entier. Fixer une même température pour des pièces qui n’ont pas la même utilité ou la même orientation n’a en effet pas beaucoup de sens. Le taux d’humidité ou l’isolation, qui diffèrent d’une habitation à l’autre, peuvent également influer sur la température intérieure ; dans une maison mal isolée, il est par exemple tout à fait possible d’avoir froid dans une pièce chauffée même à plus de 19 degrés.

Dans un logement en bon état, cette température devrait par contre normalement convenir, dans des pièces comme le salon, la salle à manger ou la cuisine. Dans d’autres, elle pourrait s’avérer insuffisante, ou au contraire trop élevée.

  • Dans la chambre, l’Ademe recommande une température de 16°C pour garantir un sommeil réparateur. Dans une chambre de nourrisson, la température doit par contre être plus élevée – entre 18°C et 20°C- pour aider la régulation thermique des bébés.
  • Dans la salle de bain, Engie note que 19°C est une température trop basse pour se réchauffer en hiver à la sortie d’une douche (et conseille d’opter pour 22°C, et 17°C lorsque la pièce est inoccupée).

Un degré de moins= consommation réduite de 7%

C’est d’ailleurs un principe de base pour tendre vers plus de sobriété : ne chauffer que les pièces nécessaires, et uniquement lorsque c’est nécessaire. Pour des pièces à usage peu fréquent ou de courte durée, il peut être intéressant d’opter pour une chaufferette électrique, comme le recommande le Centre scientifique et technique de la construction (CSTC).

Attention toutefois à ne pas sou-chauffer, surtout si votre logement n’est pas correctement isolé. Dans une passoire énergétique comme une vieille maison avec beaucoup de perte de chaleur, la chaudière risque de travailler beaucoup plus. Pensez également à aérer, même brièvement votre habitation matin et soir, pour évacuer l’humidité accumulée.

Pour éviter le gaspillage d’énergie (aussi couteux pour la planète que pour votre portefeuille) tout en préservant le confort de vie, il existe différents outils, comme les robinets thermostatiques, ou des thermostats d’ambiance. Si vous le pouvez, la meilleure manière de s’assurer une bonne régulation de la chaleur dans votre logement reste encore de mener des travaux de rénovation énergétique.

En attendant, et en plus d’un entretien régulier de votre chaudière, baisser la température d’un degré de votre logement (s’il y a lieu de le faire) représentera une économie non négligeable. L’ Ademe a en effet calculé que cela permettrait à un ménage français de réduire sa consommation de 7%…

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité