Prix de l’énergie: vers un forfait de base pour alléger la facture de gaz des ménages?

Le gouvernement fédéral devrait décider de nouvelles mesures de soutien pour faire face à la crise énergétique, ce vendredi. Un mécanisme d’octroi d’un volume de gaz à prix fixe et réduit est à l’étude.

Alexander De Croo et le gouvernement fédéral se réunissent en kern ce vendredi pour décider de nouvelles mesures face à la crise énergétique
Alexander De Croo et le gouvernement fédéral se réunissent en kern ce vendredi pour décider de nouvelles mesures face à la crise énergétique @BELGAIMAGE

Comment alléger la facture énergétique des ménages ? Les mesures prises jusqu’ici, comme l’extension du tarif social ou la prime chauffage, n’étant plus suffisantes (l’ont-elles jamais été ?), le gouvernement fédéral se réunit en kern ce vendredi pour se pencher une nouvelle fois sur la flambée des prix de l’énergie.

Alors que l’UE a dit vouloir agir via un plafonnement des surprofits (concernant le gel du prix du gaz, il semble par contre que les 27 ne soient toujours pas unanimes), la pression est sur la Vivaldi pour enfin apporter une réponse plus ambitieuse à la crise énergétique que celle du Codeco Energie, qui, on se le rappelle, avait débouché grosso modo sur le prolongement de mesures existantes.

À en croire Le Soir et l’Echo, l’équipe d’Alexander De Croo serait cette fois prête à aller plus loin. Sur la table du gouvernement, un mécanisme d’octroi d’un volume de gaz à prix fixe et réduit, pour les consommateurs et les ménages.

Soit un principe de forfait de base : le consommateur payerait un prix fixe, pour un certain volume de gaz. Passé ce volume, votre facture serait à nouveau calquée sur les prix du marchés (mais potentiellement lissés par les décisions européennes, si l’UE venait finalement à s’accorder sur un gel du prix du gaz). Selon Le Soir, tous les partenaires au sein de la coalition fédérale sont ok sur le principe. Moins sur le périmètre de la mesure : quels publics doivent-ils être ciblés par cette aide ? Comment faire pour épauler celles et ceux qui en ont vraiment besoin, et uniquement ceux-là ?

Quelle classe moyenne?

Au sein de la Vivaldi, on en convient : les ménages les plus favorisés doivent être exclus des aides. "Ce serait incompréhensible que des gens comme des ministres reçoivent une aide, a admis le ministre de l’Economie, Pierre-Yves Dermagne, au micro de RTL.  On a déjà eu des aides qui bénéficient à tout le monde avec la baisse de la TVA sur le gaz et l’électricité de 21 à 6 %. Aujourd’hui, on doit avoir des mécanismes plus ciblés comme on en a déjà avec le tarif social élargi qui bénéficie à une famille sur cinq".

En principe, seule la classe moyenne pourrait bénéficier de ce forfait énergétique de base. Les bénéficiaires du tarif social devraient en être exclus, tout comme, à l’autre bout de la pyramide des richesses, les plus hauts déciles en termes de fiscalité.

La classe moyenne, donc. Reste encore à la définir. "La classe moyenne, en termes scientifiques, ne dispose pas d’une définition largement partagée. Chaque économiste, mais également chaque citoyen, a sa propre vision", expliquait dans l’Echo l’économiste Philippe Defeyt. Or la richesse dépasse la simple question des revenus. On peut toucher un petit salaire, mais avoir hérité de sa maison. Pour l’économiste, la réponse sera donc avant tout un choix "politique".

Le retour du chômage temporaire

Outre ce tarif de base, d’autres mesures seraient envisagées. On évoque la possibilité d’un deuxième chèque mazout de 225 euros, ainsi que pour les entreprises dont l’énergie représenterait 3% ou plus des coûts de production, l’éventualité de recourir au chômage temporaire, en cas de fermeture temporaire d’une partie ou de la totalité de leur activité.

Sur le même sujet
Plus d'actualité