Obsolescence programmée: ces outils en ligne vous indiquent quels appareils tomberont le moins vite en panne

En attendant un indice officiel (en cours d’élaboration en Belgique), des marques proposent leur propre outil en ligne pour mesurer la durabilité et la réparabilité des appareils électroniques.

Obsolescence programmée ©Unsplash
Obsolescence programmée ©Unsplash

"Le consommateur doit pouvoir acheter en connaissance de cause pour orienter la consommation et la production vers des produits plus durables", défendait ce mardi Zakia Khattabi (Ecolo). La ministre de l’Environnement a rédigé un avant-projet de loi qui devrait obliger tout vendeur à afficher à l’horizon 2023 un score de réparabilité des appareils électroniques.

Une mesure qui vise à lutter contre l’obsolescence programmée, alors que 160.000 tonnes d’électroménager vont tout droit à la décharge chaque année en Belgique. En attendant un indice officiel, certains distributeurs ont développé des outils destinés à identifier les appareils les plus fiables et les plus facilement réparables.

Attention au prix des pièces à remplacer

En France, Fnac-Darty publie chaque année depuis 2018 son baromètre du service après-vente. Sur base d’une étude client, de données de plusieurs centaines de milliers de pannes et d’interventions, le baromètre du SAV passe au crible plusieurs dizaines de familles de produits (du lave-vaisselle à l’ordinateur portable, en passant par la trottinette électrique ou au ventilateur), afin d’établir un score de durabilité (associant notes de fiabilité, de réparabilité et de disponibilité des pièces) catégorie par catégorie, marque par marque.

Dans son édition 2022, le baromètre du SAV met l’accent sur le prix des pièces détachées. Une donnée à prendre en compte, tant ces pièces détachées peuvent alourdir l’addition, par rapport au prix d’achat du produit. Pour les télévisions, le baromètre note par exemple qu’une pièce détachée représente en moyenne 20% du prix d’achat…

Vous avez bien choisi ?

Chez nous, l’enseigne Vanden Borre, spécialisée dans la vente d’électroménager, a lancé en 2021 son propre baromètre de durabilité. Il couvre 16 types de produit et 22 marques vendues par le distributeur. Les produits y sont notés sur 200 points, soit la moyenne d’un score de fiabilité et d’un score de réparabilité. Le score de fiabilité est calculé sur la base du nombre d’appareils sous garantie, réparés et échangés par le service après-vente en 2020 par rapport au nombre total d’appareils vendus.

Le score de réparabilité est basé sur le rapport entre les réparations et les échanges et la disponibilité des pièces de rechange. Plus le score moyen de durabilité est élevé, plus il y a de chances que l’appareil fonctionne de manière optimale pendant longtemps et qu’il puisse être réparé, en cas de défaut.

Indice perfectible

Si ces outils peuvent potentiellement éviter de vous retrouver avec un smartphone ou un aspirateur qui vous lâche avant l’heure, ils ne prennent en compte que certaines des marques avec lesquels les distributeurs précités travaillent.

Un score tel que celui proposé par Zakia Khattabi, inspiré par le modèle français, prend donc tout son sens en Belgique (chez nos voisins, l’indice de réparabilité est en principe obligatoire sur cinq catégories de produits depuis 2021). Envoyé aux différents acteurs du secteur pour avis, l’avant-projet de loi de la ministre de l’Environnement a été positivement accueilli par Test Achats, qui soulignait dans l’Echo que 19% à 29% de remplacement d’appareils découleraient d’une impossibilité de réparation.

Dans le quotidien, Julie Frère, porte-parole de l’association, pointait toutefois certaines limites de l’indice développé en France. "Tous les critères ont la même pondération alors que certains sont plus déterminants que d’autres. Un très mauvais score sur un aspect peut être compensé par un très bon score sur un autre. Ainsi, un très mauvais score sur la disponibilité des pièces de rechange qui signifie une quasi-impossibilité de réparer donne un score de 6/10 à l’iPhone 12, car il se rattrape sur la mise à disposition des informations techniques et son service après-vente".

L’association française Halte à l’obsolescence programmée a quant à elle relevé que cinq produits sur six présentaient une distorsion entre l’indice et leur réparabilité réelle. Selon Test Achats, la question du contrôle de l’affichage et du calcul correct de l’indice, qui repose avant tout sur la bonne volonté des fabricants, doit donc être soulevée.

Sur le même sujet
Plus d'actualité