Facture énergétique en hausse: que faire avec son contrat d’énergie?

Sur les marchés, les prix de l’énergie battent à nouveau des records. Selon le régulateur fédéral de l’énergie, un ménage sur dix seulement en Belgique opte pour l'une des formules les moins chères.

prix énergie facture gaz électricité inflation belgique Bruxelles Wallonie Creg économies contrat fixe variable
@BELGAIMAGE

Plus de 220 €/MWh, soit environ neuf fois plus qu’un an auparavant : fin juillet, le prix du gaz naturel sur le marché de gros néerlandais flambait à nouveau. Mardi 16 août, celui de l’électricité atteignait des sommets en Allemagne :  un mégawattheure coûtait plus de 500 euros, soit une augmentation de…500% en un an !

Côté belge aussi, le marché du gaz a connu des prix inédits. "Le gaz est environ 13 fois plus cher qu’il ne l’était il y a 2 ans, twittait cette semaine Damien Ernst. Un ménage moyen va payer 7500 euros/an pour son gaz et son électricité", anticipait le professeur de l’Université de Liège.

700 euros par mois avec un contrat fixe

Cette vague de chaleur prolongée sur les marchés se répercute inévitablement sur les tarifs des fournisseurs d’énergie. Ceux-ci ne proposent d’ailleurs plus que de rares contrats fixes, et ce, depuis des mois. Dans une carte blanche, Test Achat calculait que pour un contrat fixe d’électricité conclu en juillet, le tarif était traditionnellement de 31 cent par kWh. En juillet 2022, il fallait désormais débourser 51 c€/kWh, soit une augmentation de 65%. Avec une consommation annuelle moyenne de 3.500 kWh, l’organisation de défense des consommateurs évaluait que cela revenait à 1 .785 euros, hors taxes et hors frais de réseau.

En additionnant tous les coûts, Test-Achat arrivait à une facture annuelle totale de plus de 2.300 euros, soit 190 euros par mois. Rien que pour l’électricité. Si on y ajoute le gaz (autour de 500 euros d’acompte mensuel moyen), cela donne une facture de près de 700 euros par mois, pour un ménage sous contrat fixe… Un montant impayable pour la plupart des portefeuilles.

Fixe ou variable?

Si vous avez conclu un contrat fixe avant le début de la crise, surtout n’en changez pas, puisque vous êtes pour l’instant immunisés contre des prix très élevés. Dans le cas contraire, il faudra scruter très attentivement les offres disponibles, en gardant à l’esprit qu’à l’instant T, un tarif fixe est toujours plus élevé qu’un tarif variable.

Comme le relevait L’Echo, le tarif variable en électricité (ComfyFlex) de Luminus coûte actuellement 24,40 cents/kWh pour 12 mois. Soit la moitié des 51,56 cents par kWh du tarif fixe, pour un contrat conclu en aout 2022 chez le même fournisseur. Un prix qui, pour un contrat variable, peut naturellement être revu à la baisse comme à la hausse, et ce, trimestriellement ou mensuellement. À ce stade, trancher entre un contrat fixe ou variable relève donc d’un pari sur l’avenir, même si vous pouvez toujours changer de contrat en cours de route, moyennant un préavis d’un mois.

Même chose d’ailleurs si vous avez actuellement un contrat variable : il est sans doute possible d’opter pour un fournisseur moins cher. "Les ménages belges pourraient réaliser de fortes économies sur leur facture en optant pour un fournisseur meilleur marché", constatait en juillet la Creg. Selon le régulateur fédéral de l’énergie, un ménage sur dix seulement en Belgique opte pour l’une des formules les moins chères. En Wallonie, les dix formules de contrat d’électricité les plus chères représentaient 39% des clients en Wallonie (515.000 ménages). Les moins chères seulement 10% (130.000 ménages).

Mieux comparer les offres

Pour le gaz, ces taux sont respectivement de 36% (193.000 ménages) et de 12% (64.000 ménages). Sur un an, la Creg a calculé que quelque 845.000 ménages pouvaient ainsi économiser de 100 à 360 euros pour l’électricité, et de 125 à 540 euros pour le gaz de 200.000 ménages. Même chose à Bruxelles, quoiqu’avec des chiffres moins élevés (100 à 130 euros d’économie sur l’électricité pour 70.000 ménages, et de 100 à 160 euros sur le gaz, pour 44.000 ménages).

Pour savoir s’il y a moyen de trouver moins cher ailleurs, vous pouvez  d’abord utiliser le Creg Scan, afin d’évaluer où se situe votre contrat actuel par rapport au contrat le plus cher et le moins cher du marché. Et si vous vous décidez d’en changer, " consultez un comparateur tarifaire labellisé par la Creg" , conseillait le régulateur, comme Comparateur-Energie.be et Monenergie.be.

Reste que vu la conjoncture actuelle, le contrat magique n’existe tout simplement pas. Pour limiter sa facture énergétique, il est indispensable, pour ceux qui le peuvent, de mieux isoler son habitation, ainsi que d’adopter ces quelques conseils.

Sur le même sujet
Plus d'actualité