D’où vient l’eau du robinet ?

C'est une question qui ne se posait pas vraiment jusqu'il y a peu. C'était avant la sécheresse...

D’où vient l’eau du robinet ?
Belga

Chez nous, on peut boire de l’eau du robinet. Elle potable, elle est même très bonne – on n’y retrouvera pas des restes de plastique comme pour l’eau en bouteille… Mais comment est-elle produite ? D’où vient l’eau du robinet ? Remontons à la source.

De la nature au robinet

La source, c’est la nature. Environ deux-tiers de l’eau qui sort du robinet sont captés dans les eaux souterraines (nappes phréatiques), le tiers restant provient des eaux de surface (rivières, fleuves, lacs, barrages). Ces deux sources sont alimentées par les précipitations, pluie et neige qui ruissellent et s’infiltrent. On comprendra dès lors que si la sécheresse s’installe durablement, on va commencer à avoir un petit problème en fourniture d’eau. D’où les demandes (elles arrivent!) de réduire notre consommation…

Après le captage de ces eaux naturelles, elles sont traitées en usine pour les rendre potable. Pour les eaux souterraines, il suffit, grosso modo, de les filtrer, les décanter et les désinfecter. Pour les eaux de surface, ce sera un peu plus long (affinage par ozonation, charbons actifs ou filtration membranaire pour éliminer au maximum la matière organique dissoute restante et les micropolluants). La désinfection est toujours l’ultime étape, en général avec du chlore.

Ensuite, l’eau est stockée dans des réservoirs (les châteaux d’eau) et distribuée via un réseau sophistiqué de tuyaux qui se terminent avec nos robinets.

L’hygiène, l’industrie, l’agriculture

Chez nous, on considère qu’une personne consomme en moyenne 150 litres d’eau par jour. 93% est utilisée pour l’hygiène (dont 20% pour les sanitaires) et 7% pour l’alimentation. Mais cet usage domestique ne représente que 20% de la consommation globale d’eau potable. C’est dans l’industrie et l’électricité (35%), l’agriculture (45%) qu’elle est surtout utilisée… Et ce malgré le fait qu’il n’est pas nécessaire d’utiliser de l’eau potable.

C’est d’ailleurs vers ces secteurs que les appels à la restriction vont probablement être faits en Flandre dès septembre, s’il ne pleut pas assez d’ici là. " Ces temps de pénurie d’eau nécessitent un effort et une solidarité de chacun ", indique-t-on dans le communiqué de la commission sécheresse mise en place par le gouvernement flamand.

" Tous les indicateurs hydrologiques et météo l’indiquent. Les pluies des dernières heures et celles à venir ne vont pas suffire à reconstituer les niveaux des cours d’eau de façon significative. En outre, une poursuite de la baisse des niveaux et des débits n’est pas à exclure ", estime encore la commission, qui se veut rassurante sur la fourniture en eau potable, même à moyen terme. Sinon, quelles sont les solutions pour économiser l’eau ? La réutilisation des eaux usées traitées, mais cela reste encore très limité.

Sur le même sujet
Plus d'actualité