Les astuces pour (vraiment) réduire sa facture énergétique

Pour faire face à l'inflation des prix de l'énergie, voici une longue série de conseils en tous genres pour limiter les coûts.

Facture d'électricité
@BelgaImage

Sur le marché de l’énergie, les nuages continuent de s’amonceler. Moscou suspend l’approvisionnement en gaz russe de plus en plus de pays européens, la chaleur dope la demande en électricité pour refroidir les intérieurs, et la sécheresse vide certaines réserves en eau de centrales hydroélectrique du continent. Et tout ça, c’est sans compter l’hiver difficile qui s’annonce, Selon Monenergie.be, pour un des contrats énergétiques les plus populaires, le prix annuel de l’électricité augmentera chez nous de 310€ en 2022. Pour le gaz, cela monte à 588€. D’où par exemple l’initiative européenne de baisser la consommation de gaz de 15%, même si la Belgique devrait jouir d’une exemption à cette mesure, avec un impact limité chez nous. Dans un article précédent, on a déjà abordé comment conduire mieux sa voiture pour payer moins de carburant. Avec l’utilisation d’une mobilité douce (vélo, transports en commun, covoiturages entre collègues et autres, etc.), cela peut déjà faire baisser le coût essence. Maintenant, passons au reste de ce qu’il est possible de faire pour réduire sa facture énergétique totale. Que ce soit sur le plan de l’électricité, du gaz ou encore de l’eau, on a brassé large pour en retenir le plus possible d’astuces.

La priorité: l’isolation et la chaleur

Commençons par le commencement: selon le site fédéral Climat.be, ce qui pèse le plus dans la consommation totale d’énergie d’un ménage belge, c’est le chauffage et le refroidissement. Cela représente près de 22.000 kWh/an, très loin devant l’eau chaude (environ 2.500 kWh/an). Pas étonnant de ce fait que la priorité établie par les autorités, ce soit d’inciter à mieux isoler les habitations. D’après le SPF Environnement, globalement, 25% des pertes de chaleur se font par le toit. Idem pour les murs. Avec les fenêtres, cela tombe à environ 20%. Suivent la cave et les sols (environ 17%) et les portes (13%).

La priorité est donc d’isoler le toit et les murs. Pour ces derniers, "l’isolation s’effectue de préférence à l’extérieur afin d’éviter des problèmes de condensation. L’isolation de murs creux (par exemple, à l’aide d’isolants sous forme de flocons ou de granules qui sont injectés) est également possible, mais doit être réalisée de manière très prudente si l’on veut éviter la création de ponts thermiques", note Climat.be. Ensuite vient le remplacement des châssis des fenêtres et des vitres. Passer du simple vitrage au verre à des vitres en verre à haute rendement permet une chute de 80% des pertes de chaleur. Pour s’y retrouver dans ces opérations, il existe une valeur U de référence. Plus elle est faible, plus l’isolation est efficace. Pour les caves, il est judicieux d’isoler surtout le plafond (les sols attendront une rénovation globale).

Ensuite, partez à la chasse aux infiltrations d’air avec l’installation de joints de fenêtres (notamment entre entre la partie mobile de la fenêtre et le châssis, ainsi que le pourtour) ou de portes (avec des bandes isolantes entre la partie mobile de la porte, la boîte aux lettres et le châssis, sans oublier l’ajout d’un accessoire devant l’interstice situé sous la porte pour empêcher l’entrée d’air extérieur). Selon Climat.be, placer des bandes anti-courants d’air sur les fenêtres extérieures qui ferment mal permet de faire une économie de 2% par fenêtre.

En hiver, fermez également les rideaux à l’intérieur et les volets en extérieur pendant la nuit pour garder un maximum de chaleur. "Vous économiserez de la sorte entre 40 à 80 euro par an", assure le SPF Environnement, même si cela est moins utile en cas de double vitrage à haut rendement. De même, laissez rideaux et volets fermés lors des trop chaudes journées d’été, cette fois pour empêcher de transformer votre maison en four. Si cela ne suffit pas à obtenir une bonne température, préférez si possible le ventilateur (éventuellement en plaçant dessus un linge humide) au climatiseur, ce dernier étant très énergivore, contrairement au premier qui consomme très peu d’électricité. Ouvrez par contre rideaux et volets quand il fait froid et que le soleil donne dedans.

Pour limiter de chauffer de trop en hiver, il est conseillé de se limiter à 19-20°C, si besoin avec une couche de vêtement supplémentaire. Baisser la température d’un petit degré représente une économie de 5%. Évitez ainsi facilement de chauffer au-delà des 16-18°C votre chambre où vous êtes de toute façon bien au chaud sous votre couette. La purge des radiateurs est également de rigueur, ainsi que l’isolation de la tuyauterie du système de chauffage. Vous pouvez même mettre des panneaux réfléchissants derrière les radiateurs (sauf ceux électriques qui pourraient surchauffer), ce qui coûte environ entre 5 et 20€ par radiateur, afin que la chaleur se diffuse mieux dans la pièce. Cela "permet d’économiser jusqu’à 7,5% sur la facture de chauffage", selon Engie.

De la cuisson à l’éclairage en passant par la vaisselle

Outre ces problèmes de chaleur, passons maintenant aux multiples manières de s’attaquer à sa facture d’électricité, en s’attaquant d’abord au choix de son fournisseur d’énergie. Il existe plusieurs comparateurs crédibles pour ce faire, notamment via celui de Test-Achats ainsi que le site sobrement dénommé "Comparateur-énergie" certifié par la CREG (Commission de régulation de l’électricité et du gaz). Si vous voulez installer des panneaux photovoltaïques, nous vous redirigeons vers notre article qui explique en détail tout ce qu’il faut savoir sur le sujet (rentabilité, aides, etc.).

Énergie-Wallonie donne ensuite toute une série de conseils pour limiter l’utilisation d’électricité pour la cuisson, la vaisselle ou encore l’éclairage. Pour la cuisine, utiliser une casserole à pression chaque fois que c’est possible permet de réduire le temps de cuisson de 40 à 70 %. La cuisson à la vapeur est également efficace (les aliments, superposés, n’ont qu’une seule source de chaleur) ainsi que celle au wok (où ils sont tous mélangés). N’oubliez pas non plus de mettre le couvercle sur la casserole, sous peine de voir sa consommation d’énergie tripler. Utilisez le moins d’eau possible et dès que celle-ci bout, diminuez la source de chaleur. Adoptez aussi des réflexes simples: sortir les aliments du frigo un quart d’heure avant la cuisson pour limiter l’utilisation de chaleur nécessaire pour les cuir. Autre astuce maligne: placer ses produits surgelés la veille dans la partie la moins froide du réfrigérateur, ce qui permet à la fois de les décongeler mais aussi d’utiliser cette source de fraîcheur pour refroidir le frigo et ainsi lui éviter d’utiliser de l’énergie pour fonctionner. Ajoutons que chauffer l’eau à la bouilloire et non à la casserole est énergétiquement intéressant, du moins quand on ne parle pas de petites quantités comme pour du thé (il vaut mieux alors se tourner vers le micro-ondes). Réchauffer ses plats au micro-ondes est aussi souvent plus intéressant qu’au four.

Concernant le lave-vaisselle, faites-le tourner à plein ou utilisez un système de prélavage si cela prend trop de temps. Vous pouvez aussi verser un petit fond d’eau dans les casseroles encore chaudes pour retirer des crasses qui deviendraient coriaces autrement. Les grandes pièces peu sales (passoire, fouets, etc.) peuvent être lavés sous l’eau froide au robinet sans souci. Enfin, adoptez le programme économique qui suffit à laver la plupart des résidus alimentaires avec son eau moins chaude qu’à l’accoutumée, et nettoyez le filtre de la machine.

Puis pour ce qui est de l’éclairage, Énergie-Wallonie conseille d’avoir des murs clairs qui réfléchissent mieux la lumière (avoir des intérieurs foncés fait doubler voire tripler la puissance de l’éclairage). Même principe pour les abat-jour: ceux foncés absorbent jusqu’à 75% de la lumière. Les lampes doivent être aussi nettoyées régulièrement. Très important: les LED sont beaucoup plus économiques que les autres ampoules. Attention toutefois: l’association de consommateurs "Que Choisir" déconseille les spots, où la lumière blanche est obtenue en ajoutant une couche de poudre de phosphore jaune à des LED bleues, ce qui au final est phototoxique pour les yeux (notamment des jeunes). Il vaut donc mieux se tourner vers des LED qui n’ont ni diodes apparentes ni faisceau de lumière directif. Enfin, laissez entrer le plus possible la lumière du jour pour éviter le plus possible d’éclairer artificiellement.

Quand l’électronique est énergivore

Dans le registre électronique, les astuces sont multiples pour limiter sa consommation d’électricité. Premier exemple: l’utilisation de multiprises avec interrupteurs pour couper complètement et facilement des appareils qui resteraient en veille autrement, comme la télé, la console de jeux, l’imprimante, la chaîne hi-fi, le micro-ondes. Vous pouvez faire de même avec la box internet, notamment la nuit. Comme le précise à Europe 1 Sophie Méritet, maître de conférences et spécialiste en énergie, "une box allumée, c’est la consommation d’un réfrigérateur sur l’année".

Plus spécifiquement pour l’ordinateur: veillez à limiter la consommation d’énergie, que ce soit avec l’économiseur de batterie, le réglage de la mise en veille (par exemple sur dix minutes d’inactivité) avec un écran noir (et non un écran animé), ainsi qu’en coupant Bluetooth, GPS et autres fonctionnalités quand elles ne sont pas nécessaires. Évitez également de malmener votre ordi avec l’utilisation simultanée d’un nombre incalculable de programmes ou d’onglets internet.

Sur les smartphones, idem: coupez les fonctionnalités non nécessaires (Bluetooth, géolocalisation, 4G, rotation de l’écran), adoptez le réglage automatique de la luminosité, voire activez le mode économie (même si attention, cela désactive souvent certaines fonctionnalités comme la synchronisation des mails). Veillez également à ce que des applications ne tournent pas pour rien en arrière-plan. Parfois, il faut les arrêter via les paramètres du téléphone pour forcer l’arrêt. Selon une étude pCloud, dans le top 20 des applications les plus gourmandes en énergie, on trouve Uber, Skype, Facebook, Airbnb, Instagram, Tinder, Snapchat, WhatsApp, Youtube, Booking.om, Amazon, Telegram, Grindr ou encore LinkedIn. Spotify consomme aussi beaucoup. Bon à savoir: certaines applications permettent un mode sombre, que ce soit sur votre téléphone ou sur votre ordinateur (Messenger, Twitter, Instagram, Facebook, LinkedIn, WhatsApp ou encore Google Chrome dans les paramètres, etc.). Cela permet d’avoir des pixels noirs bien moins énergivores. Enfin, ne laissez pas votre chargeur branché lorsqu’il n’est pas utilisé (il utilise quand même de l’électricité).

De nombreuses autres astuces

L’inflation des prix de l’énergie incite d’autre part à une multiplication des bons plans en tous genres, qui relèvent parfois du bon sens sans pour autant être toujours adoptés. C’est notamment le cas pour les économies d’eau. Outre le fait qu’une douche en utilise moins qu’un bain, vous pouvez aussi placer le pommeau dans un récipient (comme un seau) le temps d’avoir de l’eau chaude. Cela pourra être utile pour nourrir les plantes du jardin ou pour éviter d’utiliser la chasse des toilettes. En parlant de chasse d’eau, vous pouvez aussi placer une bouteille d’eau dans le réservoir des toilettes pour éviter de consommer trop d’eau. Dans votre douche, si vous voulez récupérer encore plus d’eau, vous pouvez éventuellement placer un récipient sous vous. Étape supplémentaire: l’installation d’un pommeau économique. "Au lieu d’utiliser 10 litres pour une douche, vous en utiliserez deux. L’effet final est le même", fait savoir indique à la RTS Jean-Christophe Hadorn, consultant en énergies renouvelables. Pour les robinets, des régulateurs font économiser jusqu’à 50% d’eau. Enfin, notons que de nombreuses communes belges donnent des aides pour l’installation d’un chauffe-eau solaire intéressant sur le plan énergétique. D’ailleurs, en parlant de chauffe-eau, réglez-le sur 55-60°C, ce qui est suffisant, détartrez-le régulièrement et coupez-le bien en partant en vacances

Pour le congélateur, pas besoin d’avoir moins que -18°C, chaque degré en moins consommant toujours plus d’électricité. N’oubliez pas non plus de le dégivrer (selon le site Comparateur-Énergie, une couche de givre de 3 mm amène à une surconsommation électrique de 30%). Ne le placez pas non plus près d’une source de chaleur comme un four. Pareil pour le frigo. Ajoutons pour ce dernier que s’il est plutôt vide, Engie conseille d’y placer des bouteilles d’eau (ou des contenants vides) pour réduire la consommation d’électricité.

Pour la lessive, un lavage à 30°C suffit dans bien des cas. Faire fonctionner le lave-linge de nuit ou le week-end permet d’avoir un tarif avantageux. Quant au sèche-linge, préférez lui le séchoir naturel, surtout en intérieur quand il fait chaud (les particules d’eau feront alors diminuer la température). Pour terminer, si vous devez acheter de nouveaux appareils électriques, veillez à avoir une bonne note (avec un label A+, A++ ou A+++).

Sur le même sujet
Plus d'actualité