Pesticides: quels fruits et légumes sont les plus contaminés?

Pour savoir quels fruits et légumes concentrent le plus de pesticides, voici plusieurs classements sur le sujet.

Fruits et légumes
Fruits et légumes présentés dans un marché urbain @BelgaImage

Il y a quelques jours, une étude de l’ONG PAN Europe frappait fort. Celle-ci constatait que la présence de pesticides dangereux dans les fruits avait augmenté de 53% entre 2011 à 2019 . La Belgique se distingue d’ailleurs en étant le pays d’où proviennent le plus de fruits contaminés par ces produits, avec 34% des échantillons belges concernés. Un chiffre nuancé par l’Afsca qui explique notamment le mauvais classement belge par des contrôles plus poussés que dans d’autres États. Mais que la Belgique soit bonne ou mauvaise élève, on pourrait se demander quels aliments sont les plus touchés par les pesticides. Cela tombe bien: plusieurs organisations se sont attelées à répondre à cette question, autant pour les fruits que pour les légumes. Mais attention à la définition retenue pour savoir quel niveau de risque ces pesticides font peser pour la santé!

Candidats à la substitution, résidus de pesticides et limite maximale en résidus

Le premier classement vient de l’étude de PAN Europe de la semaine dernière. Au total, elle prend en compte 56 pesticides jugés particulièrement nocifs et qui devraient être remplacés par des alternatives. Toujours utilisés de nos jours, ils sont surnommés "candidats à la substitution" par les autorités européennes. En découle ci-dessous le classement des fruits et des légumes concernés par la présence de ces pesticides en Europe. À noter que la présence de ces pesticides ne veut pas automatiquement dire qu’il y a un risque reconnu pour la santé. Les concentrations peuvent être faibles et en Belgique, l’Afsca assure que 97,4% des produits contrôlés sont conformes. Malgré tout, ces substances ont quand même été repérées sur ces aliments.

Avant PAN Europe, une des principales études en la matière avait été faite en France par l’ONG Générations futures. Ici, l’organisation s’intéressait plus largement aux "résidus de pesticides", sans précision supplémentaire, à la fois pour les fruits et les légumes non-bios. Sont répertoriés ci-dessous les aliments pour lesquels l’association avait des données pour au moins cinq années entre 2012 et 2017. Encore une fois, présence de pesticides n’équivaut pas automatiquement à un risque reconnu pour la santé, notamment du fait de concentration potentiellement faibles.

@Générations futures

@Générations futures

Enfin, Générations futures a également quantifié le nombre de fruits et légumes pour lesquels la quantité de ces résidus de pesticides étaient supérieure à la limite maximale en résidus (LMR). Autrement dit, ces aliments ont des taux de pesticides trop élevés par rapport aux standards retenus pour protéger la santé des consommateurs (même si la LMR ne constitue pas une limite toxicologique à proprement parler).

@Générations futures

@Générations futures

Sur le même sujet
Plus d'actualité