La pub pour les jeux de hasard bientôt quasi interdite, Bouchez s’y oppose

Se basant sur des statistiques alarmantes, le ministre de la Justice veut que la publicité pour les jeux de hasard ne soit visible que pour le public cible.

Jeu de hasard dans un casino
Jeu de hasard dans un casino @BelgaImage

Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne, qui s’est engagé à lutter contre les dépendances au jeu, comme le prévoit l’accord de gouvernement, a élaboré une proposition qui restreint fortement la publicité sur les jeux d’argent, rapportent lundi Sudinfo, Het Nieuwsblad, Gazet van Antwerpen et het Belang van Limburg. S’il passe, ce nouvel arrêté royal devrait entrer en vigueur à la fin de l’année. Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, s’est dit lundi matin "totalement opposé" au projet.

L’addiction aux jeux de hasard en chiffres

"64% de la population âgée de plus de 18 ans s’aventure dans le jeu au moins une fois par an", indique le cabinet du ministre. "La crise corona a également eu son influence. Les recherches menées pendant la pandémie de Covid ont montré que le jeu chez les jeunes a augmenté de 43%. Cela s’est principalement produit en ligne, car de nombreux établissements de jeux de hasard ont été fermés en raison des mesures".

Il ressort par ailleurs d’études récentes que les accros aux paris dépensent en moyenne 42% de leur revenu mensuel pour le jeu. Environ 40% des joueurs en ligne ont moins de 26 ans et près de 70% ont moins de 39 ans. "Une plus grande acceptation sociale des jeux de hasard en ligne, en raison de la multitude de publicités atteignant la population par divers canaux, est l’une des principales causes de la popularité croissante", affirme Vincent Van Quickenborne, qui veut mettre un terme à cela. "Désormais, la philosophie est que seules les personnes qui veulent jouer et qui recherchent activement des informations sur les jeux de hasard seront confrontées à l’avenir à la publicité à ce sujet", poursuit-il.

"Le MR veut plus de nuance"

"Cette mesure est excessive et va entraîner de grandes difficultés financières pour le secteur sportif entre autres. Voulons-nous réellement la mort du foot dans ce Pays?", affirme pour sa part le président du MR sur Twitter. Selon M. Bouchez, la proposition du ministre de la Justice "est une très mauvaise réponse à un véritable enjeu pour lequel des dispositions existent déjà et qui peuvent être améliorées". "Le MR veut plus de nuance", a-t-il ajouté, en préconisant de se concentrer à accompagner les personnes qui souffrent d’addiction et qui sont extrêmement minoritaires. "Tuer un secteur légal va conduire ces personnes à fréquenter des plate-formes du dark web sans aucune régulation. Cette vision puritaine n’a pas de sens", a encore dit le président des libéraux francophones.

M. Van Quickenborne, qui est également vice-Premier ministre, a annoncé lundi sa volonté de s’attaquer à la dépendance aux jeux d’argent "comme le prévoit l’accord de gouvernement". Il a précisé, dans un communiqué, avoir élaboré une proposition visant à limiter fortement la publicité pour les jeux de hasard et à en interdire la plupart des formes. Sont visés notamment les spots publicitaires à la télévision et à la radio, les annonces et les publicités vidéo sur les sites internet et les plateformes de médias sociaux, les publicités dans les magazines et les journaux, les affiches dans les lieux publics et les publicités personnalisées envoyées par e-mail, courrier, SMS ou publiées sur les médias sociaux. "Le principe de base est que seules les personnes qui veulent jouer et recherchent activement des informations sur les jeux d’argent seront confrontées à la publicité pour ces jeux à l’avenir", a expliqué le ministre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité