Hausse attendue des prix de l’immobilier en 2022, mais moins vite

ING prévoit une croissance des prix de l'immobilier pour les deux années à venir, tout en notant un facteur d'incertitude qui pourrait peser.

Panneau de vente d'une maison
Panneau de vente d’une maison à Saulxures-lès-Nancy (France), le 16 novembre 2020 @BelgaImage

En 2022, le prix d’une habitation devrait croître de plus de 5% contre 8% en 2021. En 2022 et 2023, les prix de l’immobilier continueront d’augmenter, mais à un rythme plus lent que l’année dernière, selon le dernier Real Estate Focus d’ING publié mardi.

Des facteurs aux effets contraires

"Inévitablement, si la guerre en Ukraine se prolonge, cela pourrait nuire à l’activité du marché du logement, tout en affaiblissant la croissance des prix des logements car les prévisions de croissance économique elles-mêmes devraient être revues à la baisse", selon Steven Trypsteen auteur du Real Estate Focus.

Tout au long de la pandémie, les prix de l’immobilier ont fortement augmenté dans tous les segments et toutes les régions, selon ING. Le prix médian d’une maison (maison à deux ou trois façades) d’un appartement et d’une villa est plus cher qu’il y a deux ans. "Notre sentiment est que les prix de l’immobilier vont continuer à augmenter au cours des deux prochaines années, toutefois cette croissance sera plus faible qu’en 2021. Si nous comparons le prix moyen attendu en 2022 avec le prix moyen attendu en 2021, nous prévoyons une croissance de 5,4 %. Avec une croissance de 1,5 % du prix moyen pour 2023, nous prévoyons une poursuite de la croissance, mais à nouveau un peu plus faible", explique M. Trypsteen.

Sur le même sujet
Plus d'actualité