L’inflation au plus haut depuis 1983 et centrée sur certains produits

Si certains produits ont baissé de prix, de nombreux autres ont subi le contraire, ceux énergétiques en premier lieu.

Station essence en janvier 2022
Une station essence, où les prix sont particulièrement élevés en janvier 2022 @BelgaImage

L’inflation a encore augmenté en janvier en passant de 5,71% à 7,59%, soit son niveau le plus élevé depuis août 1983 (7,90% à l’époque), indique l’office de statistiques Statbel vendredi.

L’explications: les prix de l’énergie et d’autres produits

Cette forte augmentation de l’inflation s’explique à nouveau par les prix élevés de l’énergie. L’inflation de l’énergie s’élève actuellement à 60,86% et contribue à hauteur de 4,97 points de pourcentage à l’inflation totale. Comme le fait savoir La Libre, le prix du gaz a bondi en un an de 153%, l’électricité de 70% et le gasoil de chauffage de 47%. En-dehors de l’énergie, cette inflation est bien moindre mais affecte quand même le pain, les céréales, l’assurance soins de santé, les boissons non alcoolisées, l’achat de véhicules, la collecte des eaux usées, les produits laitiers, la viande, les biens d’équipement ménager non durables, les chambres d’hôtel et l’assurance incendie. Il existe cela dit des produits ayant baissé de prix, surtout dans l’informatique. Il en est de même des fruits de mer frais et des vols internationaux.

L’indice des prix à la consommation a également progressé de 2,58 points, soit de 2,23%. Il s’agit de l’évolution en glissement mensuel la plus significative depuis mars 1951 (2,93%). L’inflation sur la base de l’indice santé est elle passé de 5,21% à 7,12%, tandis que l’indice santé lissé s’établissait à 113,42 points en janvier. L’inflation sous-jacente, qui ne tient pas compte de l’évolution des prix des produits énergétiques et des produits alimentaires non transformés, s’établit à 2,98% en janvier, contre 2,53% en décembre.

La FEB se montre inquiète

La compétitivité des entreprises belges est de plus en plus menacée par la progression de l’inflation, réagit la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) vendredi. Elle s’inquiète d’une situation qui se dégrade. "Si on cumule les augmentations de l’indice santé lissé sur 2021 et 2022, il semble que les salaires seront indexés entre 7 à 8% au total sur 2021-2022, soit quatre dépassements de l’indice pivot en seulement deux ans", calcule la FEB.

La fédération s’inquiète que le handicap salarial de la Belgique par rapport à ses principaux partenaires commerciaux puisse remonter vers les 14% alors qu’il était descendu de 16% à 10% entre 2015 et 2020. "Les pétitions récentes visant à saper la loi de 1996 montrent que nous n’avons toujours pas tiré les enseignements de nos erreurs du passé", ajoute Pieter Timmermans, CEO de la FEB. "Quatre indexations des salaires en deux ans vont à nouveau accroître considérablement notre handicap en matière de coûts salariaux, ce qui entraînera assurément des pertes d’emplois". L’organisation réclame une concertation avec le gouvernement et les partenaires sociaux afin d’éviter de futures mesures "drastiques" face à cette situation.

Sur le même sujet
Plus d'actualité