Prix de l’énergie : pas encore d’accord sur la manière d’alléger la facture

Le gouvernement fédéral envisage plusieurs pistes face à la flambée des prix, comme une baisse de la TVA ou la prolongation du tarif social élargi.

prix énergie facture ménages tva belgique tarif social
@BELGAIMAGE

Vendredi matin, le kern (conseil des ministres restreint) évaluait les potentielles solutions à déployer pour faire baisser les factures d’énergie des ménages. Sans, à ce stade, arriver à un compromis. Balisant les discussions, la ministre de l’Énergie, Tinne Van der Straeten (Groen) et le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V) ont présenté à leurs collègues du Fédéral différents scénarios, appelés à être réexaminés lors d’une prochaine réunion.

Parmi ces scénarios, la piste d’une baisse, temporaire ou " structurelle " (c’est encore à trancher) de la TVA, largement évoquée ces dernières semaines, serait plébiscitée. Une baisse de la TVA à 6% (couplée à une hausse des accises, dans un second temps) serait en effet l’option privilégiée par presque tous les partenaires autour de la table, à l’exception de l’Open Vld.

Sur le plateau de la VRT jeudi soir, la libérale flamande Maggie De Block qualifiait cette piste " d’attrape-nigaud ". Du côté de l’Open Vld, on craint en effet que la baisse de la TVA ne fasse un trou budgétaire de quelque deux milliards d’euros. Trou qu’il faudrait alors combler en taxant par ailleurs plus lourdement la population ; ce qui s’avérerait au final contre-productif pour les finances des ménages. D’autant qu’une baisse de la TVA pourrait également diminuer l’inflation, et donc, l’indexation des salaires, calculée sur cette dernière. Ce qui là-aussi, aurait pour conséquence de rogner sur le pouvoir d’achat…

" Agir rapidement "

Autre option sur la table : prolonger le tarif social, pour l’instant élargi à quelque 900.000 ménages jusqu’au 31 mars. " Ce sur quoi il y a consensus, c’est qu’il faut agir rapidement, et que personne ne peut s’enrichir dans cette crise, expliquait à l’Echo la ministre de l’Energie. Les recettes supplémentaires que l’Etat va percevoir suite aux prix élevés tant en TVA qu’en taxe nucléaire et les dépenses en moins qu’il va devoir faire, on va les ristourner aux ménages ", assurait Tinne Van der Straeten.

D’une manière ou d’une autre, la Vivaldi va devoir mettre la main au portefeuille, pour soulager celui des ménages. Car pour de nombreux analystes, il n’y a plus de doute : les prix élevés sur le marché de l’énergie se maintiendront durant toute l’année 2022.

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité