Près de 900 fraudes aux achats via des plateformes de seconde main

Pour éviter de se faire piéger, le SPF recommande notamment de vérifier l'adresse de l'expéditeur et de ne jamais envoyer de données bancaires ou une copie de la carte d'identité à une personne rencontrée en ligne.

plateforme seconde main fraude arnaque ligne internet
photo-prétexte@BELGAIMAGE

En 2021, l’Inspection économique du SPF Économie a reçu 872 signalements de personnes victimes d’escroquerie lors de ventes via des plateformes de seconde main, pour un préjudice financier total de 434.884,32 euros, a indiqué mardi le service public, qui met en garde contre ce type de fraude.

Généralement, le modus operandi se déroule comme suit: une personne qui place une annonce pour un produit sur une plateforme de seconde est contactée par un acheteur potentiel.

Une arnaque bien rodée

Celui-ci n’est pas en mesure de récupérer lui-même le produit et propose alors de faire appel à un service de livraison connu (Mondial Relay, DPD, DHL, GLS¿), ce qui n’éveille aucun soupçon, retrace le SPF Économie. Plutôt que de verser le montant de la transaction directement sur le compte du vendeur, l’acheteur suggère d’utiliser le service de paiement de cette société de livraison. Il demande alors les données d’identification de la personne qui a placé l’annonce afin d’effectuer le paiement convenu.

Quelques instants plus tard, le vendeur reçoit un e-mail provenant en apparence du service de livraison, confirmant qu’un paiement a été reçu en son nom et indiquant qu’il doit créer un compte pour accéder au paiement, poursuit le SPF. Cependant, lors du processus de création de ce compte, la plateforme demande à la personne qui a placé l’annonce d’effectuer un paiement afin de confirmer son identité et ses coordonnées bancaires.

Paiement qui sera remboursé dès confirmation de l’authenticité des informations, promet-on. " Malheureusement, il s’agit d’une escroquerie. Vous ne recevrez jamais le paiement de l’acheteur, ni le remboursement du montant que vous avez effectué vous-même ", prévient le Service public fédéral.

Ne pas communiquer de données

Pour éviter de se faire piéger, le SPF recommande notamment de vérifier l’adresse de l’expéditeur (un service de livraison internationalement connu n’utilisera pas une adresse Gmail ou Hotmail pour ses contacts avec la clientèle) et de ne jamais envoyer de données bancaires ou une copie de la carte d’identité à une personne rencontrée en ligne.

Si le mal est fait et que vous avez été victime de la fraude, " appelez immédiatement Card Stop au 078/170.170, prévenez votre banque et introduisez un signalement auprès du Point de contact de l’Inspection économique ", conclut le SPF Économie.

Sur le même sujet
Plus d'actualité