Lotto: pourquoi écrire son nom sur son ticket et protéger son code QR?

Des gestes simples permettent de se prémunir en cas de perte ou de destruction partielle d’un ticket de Lotto.

Lotto à Leipzig
Tickets de Lotto à Leipzig, en Saxe (Allemagne), le 22 septembre 2020 @BelgaImage

Ces derniers jours, un épisode de la série flamande "Thuis" fait beaucoup parler au nord du pays. Dans celui-ci, un couple gagne la coquette somme de 8.000€ au Lotto. Problème: ils perdent le ticket, récupéré par un autre personnage. Ce dernier n’a qu’une seule idée: empocher l’argent. Sauf que, comble de la malchance, son chien tombe sur le billet et le déchire en mille morceaux. Mais peut-on vraiment "piquer" le gain d’une autre personne? Un chien peut-il tout ruiner? Pour le savoir, la Radio 2 de la VRT a voulu vérifier auprès de la Loterie Nationale et en a tiré plusieurs précieux conseils.

Un ticket déchiré n’est pas forcément invalide

La Loterie nationale le confirme: ces deux situations peuvent véritablement se produire dans la vie réelle. Une personne qui récupère le ticket gagnant de quelqu’un d’autre peut vraiment s’attribuer la somme en question à son propre compte. Et en effet, vous pouvez vraiment maudire votre chien s’il détruit complètement le petit bout de papier qui vous aurait permis d’être riche.

Oui, mais il y a des parades dans ces deux cas. Pour l’histoire du ticket déchiqueté, il y a encore de l’espoir si au moins une des deux conditions suivantes sont remplies: soit plus de la moitié du billet est encore intact, soit le code QR est toujours intact et il est possible de le scanner. Si c’est le cas, vous pouvez respirer, vous aurez bien votre gain.

L’histoire d’un couple de retraités écossais, Fred et Lesley Higgins, illustre bien ce scénario. Un beau jour, Fred se rend en magasin pour vérifier s’il avait gagné quelque chose. Le commerçant passe le ticket dans une machine, croit qu’il n’est pas gagnant et déchire le papier en deux avant de le jeter à la poubelle. Juste après, la même machine sort une note. Il a bel et bien gagné! Le ticket a été aussitôt rendu mais en deux morceaux. Heureusement, il était encore en assez bon état pour être validé, même si une enquête a malgré tout été lancée pour vérifier ce qui s’était passé, notamment en regardant les images de vidéo-surveillance.

Écrire son nom ou compter sur sa bonne étoile

Quant à l’éventualité d’un ticket dérobé ou récupéré par une autre personne après une perte, il y a une astuce. Il est tout à fait possible d’écrire son nom au dos du ticket. Si tel est le cas, la Loterie nationale vérifiera l’identité de la personne avant de verser l’argent. "Si ce nom ne correspond pas, nous poserons d’autres questions. Supposons vous dites que le nom sur le formulaire de Loto vient de votre mère, alors nous l’appellerons", explique à la VRT Joke Vermoere de la Loterie Nationale.

Sans ce nom, il n’y a "aucun moyen de savoir à qui il appartient réellement". C’est ainsi qu’une histoire rocambolesque s’est déroulée en 2011 en France. Un homme venait de remporter 163 millions d’euros à l’Euromillions mais aussitôt a perdu son ticket en rue. C’est une femme qui l’a retrouvé et sans tarder, elle s’est présentée avec à la Française des Jeux. Quelques jours plus tard, le propriétaire originel du billet a fait de même. Les deux ont été contraints de trouver un accord, sous peine de ne rien gagner du tout. Finalement, le véritable gagnant s’est engagé à verser à son opposante 7,5% du gain total.

En Belgique, il est aussi arrivé qu’une femme se présente à la Loterie nationale en jurant avoir gagné au Lotto, sauf qu’elle avait perdu son billet. Une enquête a été ouverte pour vérifier la véracité des faits. "On commence par demander à la personne où elle a joué: dans quelle province, ville et librairie et quel jour elle a joué. Si la librairie correspond, on va chercher d’autres informations et faire toute une série de vérifications. Si la personne joue les mêmes numéros à chaque tirage et qu’elle a encore le ticket qui indique qu’elle a joué ses numéros, ça peut constituer un indice", explique à la DH Thierry Delfosse, membre de la cellule antifraude Forensic créée par la Loterie nationale.

Gare aux tickets à gratter!

Petite précision: pour les tickets à gratter, c’est celui qui les possède qui encaisse, tout simplement. Après, une personne est libre de décerner le gain à qui elle le souhaite, par exemple à une personne plus jeune de sa famille qui profiterait potentiellement plus longtemps d’un Win for Life gagnant. Elle peut aussi la partager entre ses enfants mais il faut alors passer par un notaire.

À noter qu’il faut avoir 18 ans pour jouer. Une limite pas toujours facile à vérifier dans la pratique, comme l’a démontré un libraire de Liège en 2018. Pour dénoncer cette difficulté de vérifier l’âge des clients, il a envoyé une fille de 17 ans acheter un Win for Life dans un point de vente de la Loterie nationale. Elle avait l’air majeure et personne n’a vérifié son âge. Une erreur avouée par la Loterie nationale qui a assuré en prendre acte.

Sur le même sujet
Plus d'actualité