Les hydrocarbures infectent notre nourriture

Du cube de bouillon au chocolat, en passant par la pâte à tartiner, l'association de consommateurs Foodwatch a révélé jeudi qu'un produit sur huit, parmi 152 testés, contient des hydrocarbures aromatiques d'huile minérale "inquiétants" pour la santé.

Supermarchés produits alimentaires
Belga

Foodwatch a testé 152 produits alimentaires achetés en France, en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas et en Autriche, et a constaté que 19 produits étaient " contaminés par des hydrocarbures aromatiques d’huiles minérales (MOAH), soit un produit sur huit ".

Les hydrocarbures aromatiques d’huiles minérales (MOAH) " sont soupçonnés d’être cancérogènes et mutagènes ", explique Foodwatch. " Leur influence sur le fonctionnement du système hormonal – perturbateurs endocriniens – a également été mise en évidence ".

L’association de consommateurs souligne que " l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a établi que toute exposition aux hydrocarbures aromatiques par l’alimentation présente un danger ".

Pour une tolérance zéro

Si les sources de contamination sont jugées difficilement identifiables, l’association estime cependant que le risque est présent " tout au long de la chaîne de production pour tous les produits alimentaires ". En effet, ces huiles sont par exemple utilisées " comme liants anti-poussière, lubrifiants dans les machines de production, comme agents de démoulage, comme agents de polissage ou dans les adhésifs ", explique Foodwatch.

A l’occasion de ces nouvelles révélations, l’association de consommateurs appelle à " une réglementation qui impose une tolérance zéro pour les MOAH dans tous les aliments partout en Europe. "

Alertes en cascades

Depuis octobre 2015, Foodwatch a alerté à plusieurs reprises sur la présence des MOAH dans des produits alimentaires de grande consommation. En 2015, elle révélait que 6 produits testés sur 10, parmi lesquels riz, couscous, lentilles, corn flakes, ou encore pâtes, présentaient " un risque cancérogène lié aux MOAH ".

En 2019, Foodwatch démontrait que sur 16 laits pour bébé achetés en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, la moitié contenait " une quantité préoccupante de MOAH ". En réaction, la Commission européenne a décidé, en juin 2020, d’établir un seuil de MOAH pour les laits infantiles.

Sur le même sujet
Plus d'actualité