Supermarchés : bientôt une hausse du ticket de caisse ?

Sous la pression des fournisseurs, les supermarchés belges pourraient augmenter leurs prix début 2022.

Supermarchés : bientôt une hausse du ticket de caisse ?
©BELGAIMAGE

En plus des marchés de l’énergie, qu’elle a touchés de plein fouet, la fièvre inflationniste a également frappé ces derniers mois les cours des matières premières alimentaires (blé, cacao, café, etc.), des emballages (papier, carton, plastique), ainsi que le coût du transport. Une hausse que les fournisseurs des chaînes de supermarchés voudraient maintenant répercuter dans leurs prix. Des groupes comme PepsiCo ou Lotus Bakeries en ont fait état récemment.

Selon une source de L’Echo, des entreprises alimentaires belges (Ardo et AB InBev, notamment) prépareraient également des augmentations tarifaires. Le journal cite aussi la Fevia, la fédération de l’industrie alimentaire belge, pour qui des dizaines d’autres entreprises s’apprêteraient à faire de même, avec des factures qui pourraient grimper de 5 à 10%. En bout de chaîne, ces augmentations pourraient-elles se ressentir sur les prix pratiqués dans les grandes surfaces ? A priori oui, mais pas avant 2022.

Rogner sur les marges des supermarchés ?

Jusqu’ici, les contrats annuels passés entre les fournisseurs et la grande distribution protègent en effet les consommateurs de la flambée du coût des matières premières. Selon Statbel, les prix dans la grande distribution restent pour le moment assez stables. Par rapport à l’été 2020, ils étaient même en léger retrait (-0,4%) en août dernier.

Rien ne dit qu’il en sera de même pour 2022. Comme chaque année, chacun essayera de tirer son épingle du jeu lors des négociations sectorielles, qui devraient débuter sous peu : les « vendeurs » (agriculteurs et industriels) désireux de tirer les prix vers le haut, face aux « acheteurs » (les chaînes de supermarchés) tentant eux de faire l’exact opposé. Un exercice délicat, qui consiste à « tout faire pour continuer à garantir le pouvoir d’achat de nos clients et nos prix compétitifs, tout en ne mettant pas trop de pression sur nos fournisseurs avec lesquels nous voulons garder de bonnes relations », comme l’expliquait il y a quelques semaines au Soir, Roel Dekelver, directeur de la communication de Delhaize.

Il n’y a cependant pas beaucoup de doutes : les supermarchés vont devoir payer de nombreux produits plus chers. Or, soulignait une source à l’Echo,« les marges bénéficiaires des supermarchés ne dépassent guère quelques pour cent. Si leurs prix d’achat augmentent de 5% ou plus, ils n’auront pas le choix et devront répercuter ces hausses sur leurs clients ». Les consommateurs ne devraient donc pas y échapper : même si les supermarchés pourraient éventuellement rogner un minimum sur leurs marges, le ticket de caisse devrait s’alourdir. Dans quelle proportion ? Cela dépendra, notamment, des négociations sectorielles.

Sur son site, Test Achat propose d’anticiper et livre quelques astuces pour essayer de faire passer la pilule, comme comparer un maximum entre les chaînes de supermarché, ou remplacer dès que possible un produit de marque par des produits « blancs ».

Sur le même sujet
Plus d'actualité