Google investit 1 milliard d’euros dans le cloud et l’énergie verte

Le géant américain va investir "d'ici 2030" en Allemagne dans des infrastructures de cloud et les énergies renouvelables nécessaires à leur fonctionnement.

Les bureaux de Google à Berlin. (AFP)

Le géant américain Google va investir un milliard d’euros « d’ici 2030 » en Allemagne dans des infrastructures de cloud et les énergies renouvelables nécessaires à leur fonctionnement.

« En Allemagne (…) d’ici 2030, les investissements dans les infrastructures numériques et l’énergie propre s’éleveront à un milliard d’euros » , a annoncé le groupe dans un communiqué mardi.

Le géant compte « élargir » son centre de cloud situé à Hanau, dans la région de Francfort, dans l’ouest du pays, qui compte déjà 10.000 m2.

Google souhaite par ailleurs créer une nouvelle installation de stockage de données dans le Brandebourg, la région située autour de Berlin.

Google va également investir en Allemagne dans des installations d’énergies renouvelables « solaires et éoliennes » pour alimenter « 80% » de ses installations.

« Il s’agit d’un pas important pour atteindre notre objectif de décarbonisation d’ici 2030« , indique le groupe méricain.

Pour ce faire, le groupe va s’allier à la filiale allemande du français Engie, qui devra livrer au total « 140 mégaWatt » d’énergies vertes.

Le stockage des données numériques, à travers le cloud, fait l’objet de nombreuses critiques sur à sa consommation d’énergie en grande quantité.

Le gouvernement allemand a salué cette décision, le ministre de l’Economie Peter Altmaier se félicitant d’un « signal fort » pour l’attractivité de la première économie européenne.

Google dispose pour le moment de quatre sites en Allemagne, à Berlin, Francfort, Hambourg et Munich. Le géant y emploie 2.500 personnes au total.

La question du cloud, et plus généralement du lieu où sont stockées les données des citoyens européens, est devenu ces dernières années un enjeu stratégique majeur.

Un projet européen, Gaia X, lancé l’an dernier par la France et l’Allemagne, a pour objectif de renforcer l’indépendance du continent dans ce domaine, dominé pour le moment par les entreprises chinoises et américaines. Mais les sociétés non européennes, comme Google, ou encore Amazon et Microsoft, ne sont pas exclues du dispositif, même si elles ne siègent pas dans le conseil d’administration.

Sur le même sujet
Plus d'actualité