Les médecins établissent le bulletin du ministre Vandenbroucke: il n'obtient pas la moyenne

Les médecins belges ont souvent une mauvaise opinion de leur ministre de la Santé, même s'il leur arrive d'être plus positifs en fonction des circonstances.

Franck Vandenbroucke à la Chambre
Le ministre fédéral de la Santé Franck Vandenbroucke le 19 janvier 2023 à la Chambre des représentants, à Bruxelles ©BelgaImage

Quelle note les médecins donneraient-ils au ministre de la Santé Frank Vandenbroucke au vu de ses actions? C'est la question que s'est posée le Journal du Médecin (JdM) qui a interrogé 1.664 d'entre eux, et leur jugement est implacable. Le ministre Vooruit n'obtient que 3,9 sur 10. C'est mieux que sa prédécesseure Maggie De Block et son 3,2 sur 10, mais cela reste en-dessous de la moyenne. En cause: un mécontentement vis-à-vis de plusieurs réformes prévues, bien que dans les détails, l'action du ministre peut être diversement appréciée en fonction de tel ou tel sous-groupe de médecins.

Une note globale mauvaise avec des nuances

D'après ce sondage, l'appréciation du travail du ministre créent une grosse polarisation au sein de la profession. 27,31% des médecins ne donnent qu'une note de 0 ou 1 sur 10, mais près d'un médecin sur quatre lui donnent aussi 7 sur 10 ou plus. Mais au niveau global, le bilan reste négatif. Ils sont 57% à ne pas lui accorder la moyenne.

Si on sort la loupe, on se rend compte que les différences régionales sont assez faibles. Les médecins néerlandophones donnent une note de 4 sur 10, contre 3,6 sur 10 chez francophones. C'est une autre histoire si on s'intéresse aux variations entre médecins généralistes et spécialistes. Les premiers donnent une note de 4,3, contre 3,4 pour les deuxièmes. Si on isole ceux qui donnent au minimum 6/10, la différence devient flagrante. 37,9% des généralistes lui donnent une telle note, contre seulement un médecin spécialiste sur quatre.

Des réformes tantôt mal vues, d'autres fois bien accueillies

Cette enquête a lieu alors que le cabinet Vandenbroucke mène de nombreuses réformes. Le JdM a donc voulu savoir si certains d'entre eux cristallisaient plus la colère que d'autres, et le résultat est positif. Parmi les projets les plus sévèrement accueillis, on trouve l’interdiction d’appliquer un supplément d’honoraires aux patients BIM dans les soins ambulatoires (4 médecins sur 10 la juge négativement), la réduction du ticket modérateur (qui devrait «inonder» les cabinets de patients selon la moitié de la profession), et à moindre mesure l'attribution d'une prime de 1.076 euros aux seuls conventionnés (qui serait discriminatoire selon 3 praticiens sur 10).

À lire: Intérim médical : Frank Vandenbroucke se dit «fortement préoccupé» par le recours croissant à la sous-traitance

D'autres mesures sont néanmoins plus populaires. C'est le cas de la restructuration de l'hôpital de jour, qui est vue positivement ou très positivement par la moitié des médecins. Il s'agit justement de la réforme que le gouvernement a mis en application ce 1er janvier 2023. Comme le fait savoir le ministère, «le nombre d’interventions chirurgicales pouvant être réalisées en hôpital de jour passe ainsi de 246 à 551», ce qui n'empêche pas aux patients de conserver «le droit de passer la nuit à l’hôpital en accord avec le médecin».

Sur le même sujet
Plus d'actualité