Pourquoi l'indexation des salaires ne suffira pas pour combler l'inflation

Grâce à l'indexation automatique des salaires, vous avez peut-être la chance d'être considérablement augmenté dès ce mois de janvier. Suffisant? Oui et non.

© Unsplash

C'est un fait : la vie coûte très cher. Et l’indexation automa­tique des salaires ne suffira pas pour tout le monde. D’une part, elle ne comble pas pleinement l’inflation. En effet, tous les salariés ne sont pas égaux. La CSC a calculé la différence entre les mieux lotis et ceux qui le sont moins, avec comme base un salaire mensuel de 3.300 € brut. Ainsi, les travailleurs indexés une fois par an, en l’occurrence en ce mois de janvier, auraient perdu 3.401 € brut sur l’ensemble de l’année 2022. Ceux qui l’ont été à chaque fois que l’indice pivot a été dépassé n’auraient perdu “que” 2.005 € brut de pouvoir d’achat. Soit une différence entre les deux ­groupes de pratiquement 1.400 €.

Les salariés indexés une fois par an en janvier ont perdu 1.400 € de plus que les autres en un an.

Les études de l’IDD le confirment: les travailleurs indexés ­uniquement en janvier sont les perdants de la crise. Il y a donc clairement des actifs plus chanceux que d’autres, et pas seulement du secteur. Les bas revenus connaissent une revalorisation inférieure aux Belges les mieux payés, or la classe moyenne inférieure, qui n’a pas droit au tarif social, est la principale victime de la crise. Sans parler des indépendants qui ne sont pas indexés automatiquement. Certes, certains augmentent les tarifs de leurs biens et services, mais les organisations professionnelles rappellent que la hausse est souvent inférieure à l’inflation, au risque sinon de perdre une partie de clientèle.

Retrouvez notre dossier de la semaine 2023 : votre argent en questions

cover

© Moustique

Sur le même sujet
Plus d'actualité