Tueries du Brabant : retour sur cette enquête irrésolue qui a traumatisé la Belgique

La plus importante cold case de l’histoire judiciaire belge a connu un nouvel épisode. Retour sur cette saga sanglante qui n’a toujours pas livré le nom des coupables.

tueurs du brabant
© BelgaImage

La clef du mystère en Thaïlande?

La récente arrestation pour séjour illégal de Robert Beijer (70 ans) lors de la perquisition de son domicile à Pattaya, par des enquêteurs belges collaborant avec la police thaïlandaise, pourrait relancer l’enquête sur les Tueurs du Brabant. Le nom de l’ancien gendarme au profil si particulier - il a tiré sur un de ses supérieurs, a mis sur écoute des collègues, a placé une bombe dans la voiture d’un gendarme, a été le cerveau d’un dramatique braquage et participé au vol meurtrier d’un diamantaire anversois - revient régulièrement (avec celui de son collègue Madani Bouhouche) dans ce dossier. Entre autres, en raison d’armes ayant été utilisées par les tueurs retrouvées dans des garages loués par lui. Même s’il a toujours nié avoir participé aux assassinats, son état de santé - il est atteint d’un cancer - pourrait le pousser à faire des révélations sur cette affaire.

robert Beijer arrêté dans le cadre de l'enquête sur les Tueurs du Brabant

Robert Beijer en 2010. © Belgaimage

Premières tueries

Les faits commis par “La bande de Nivelles” appelée également “Les Tueurs fous du Brabant” commencent en 1982. Des attaques sanglantes au butin dérisoire qui font, en deux ans, 12 morts. À l’Auberge du Chevalier, à Beersel, le 23 décembre 1982, le concierge est tué après avoir été torturé, les tueurs ont pris le temps d’y manger et d’y boire du champagne.

À lire aussi : Combien de cold cases dans le frigo de la Belgique?

Dernières tueries

Après une année d’inactivité, les Tueurs recommencent en 1985. Seize morts, cette année-là. Dont huit lors de l’attaque du Delhaize d’Alost et cinq (dont un enfant de 13 ans) dans le braquage du Delhaize d’Overijse. Les attaques s’arrêtent le 9 novembre 1985. En tout 28 morts, 22 blessés et un butin de 6 à 7 millions de francs belges (150.000 à 175.000 €).

tueries du brabant

© BelgaImage

Portraits-robots

Trois portraits-robots des tueurs principaux, apparaissant dans la totalité des grandes attaques, sont établis: le “Tueur”, le “Géant” et le “Vieux”.

tueries du brabant

© DR

Trois pistes

L’enquête a évoqué de multiples suspects et théories. Trois pistes se dégagent. Politique: les ravages de la bande étaient destinés à favoriser l’installation d’un pouvoir fort fondé sur le renforcement de la gendarmerie et de l’armée. Les “cadavres exquis”: des crimes visant des personnes bien précises, mais dissimulés dans un carnage général. Un racket qu’aurait subi le Delhaize Group. L’enquête est toujours en cours et dirigée par la juge Martine Michel. Il y aura prescription (à moins qu’une loi ne soit votée) le 9 novembre 2025.

1985

Le premier épisode de 1985, la toute première série coproduite par la RTBF et la VRT, articulée avec de gros moyens financiers autour des Tueries du Brabant, a été diffusé le dimanche 22 sur La Une. Un succès, puisqu’elle a rassemblé 262.000 téléspectateurs en moyenne et a battu la concurrence avec 23,6 % de parts de marché. Le numéro d’#Investigation consacré à la saga a aussi été largement suivi (27,2 % de parts de marché).

https://twitter.com/RTBF/status/1614963302102171655?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1614963302102171655%7Ctwgr%5Ef6c90f58a710932fd15dc12b537c0432fb9aea70%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.moustique.be%2Fmedias%2Fserie%2F2023%2F01%2F22%2F1985-que-vaut-la-nouvelle-serie-ambitieuse-de-la-rtbf-sur-fond-de-tueries-du-brabant-255188

Sur le même sujet
Plus d'actualité